Comment manger sainement quand on n'en a (apparemment) pas les moyens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Comment manger sainement quand on n'en a (apparemment) pas les moyens
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

Nourriture saine

Comment manger sainement quand on n'en a (apparemment) pas les moyens

Selon un récent sondage, de plus en plus de Français estiment avoir des difficultés financières pour se procurer une alimentation saine tout au long de la journée.

Jean-Daniel Lalau

Jean-Daniel Lalau

Jean-Daniel Lalau est médecin, professeur de nutrition au CHU d'Amiens, docteur en sciences et en philosophie.

Il est l'auteur des livres En finir avec les régimes (éditions François Bourin) et Hospitalité - Je crie ton nom (éditions Chronique sociale). 

Voir la bio »

Atlantico : 21 % des sondés déclarent ainsi rencontrer des difficultés financières pour se procurer une alimentation saine matin, midi et soir. Quels conseils donneriez-vous aux personnes à faible revenus afin de profiter d'une alimentation saine ? Concrètement, comment manger sain quand on n'en a pas les moyens ?

Jean-Daniel Lalau : Nous pouvons donner de nombreux conseils. S’agissant de l’achat, déjà : préparer une liste de course pour anticiper les menus à moindre coût et limiter les achats ; se méfier des promotions qui font en fait acheter plus, et donc dépenser plus, et penser à vérifier le prix ramené au kilo (on a parfois des surprises !) ; se procurer en tout premier lieu les « incontournables » (pour le placard : riz, pâtes, semoule,  farine, etc., et aussi pour le frigo : œufs, beurre, produits laitiers, jambon, etc.) ; privilégier les produits de saison, penser à en faire  des conserves et des  surgelés ; cuisiner soi-même : un plat complet préparé à la maison avec des denrées de base peut coûter 5 à 10 fois moins cher qu’un plat préparé acheté (qu’il soit en conserve, semi-conserve, ou encore congelé) ; venir à la fin des marchés, avec des prix parfois au rabais ; bien gérer les restes, en pensant en particulier aux gratins, aux soufflés, aux salades composées, aux potages ; etc. 
Mais il reste à avoir envie de mettre tout cela en application. Il n’est pas nécessairement aisé d’avoir cette souplesse d’adaptation, en effet, quand le moral n’est pas au rendez-vous…

A l'inverse, quels sont les aliments à proscrire dans cette situation mais qui paraisse une bonne alternative à la difficulté financière (nouilles instantanées par exemple) ?  

Le danger, c’est la facilité. Il faut donc sensibiliser au marketing agressif des produits ultra-transformés (la charcuterie, les pizzas, les plats cuisinés industriels, les viennoiseries, les biscuits et les gâteaux, les margarines, les pâtes à tartiner, les bonbons, etc.) qui fait la promotion d’aliments qui flattent le goût et qui ne sont pas trop chers mais qui sont généralement riches en énergie – en pratique en sucres et en graisses – et aussi en sel.

27% des sondés expliquent que se procurer des fruits et légumes est également hors budget. Existe-t-il des alternatives afin de manger sainement ?

Il a été estimé pour quatre personnes sous un toit (un couple et deux enfants) que la consommation chez chacun de 5 fruits & légumes par jour implique un coût qui s’élève à environ 400 EUR par mois, soit plus d’un tiers d’un Smic. Quand il est déjà dit que le montant du loyer ne devrait pas dépasser un tiers des ressources nettes… C’est donc considérable. De plus, malheureusement, il n’y a pas de pleine alternative : les légumes crus peuvent certes remplacer  les fruits crus, et réciproquement, mais on ne peut pas faire l’impasse sur cette sous-famille des crudités (notamment pour l’apport de vitamines). Pour les légumes et les fruits cuits cette fois, à teneur en fibres élevée, on peut tout de même disposer d’un « plan B » : normalement il faudrait une association féculents-légumes cuits, mais les légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots secs, fèves, etc.) peuvent faire office des deux à la fois. En effet, ce sont des féculents, dont la coque est riche en fibres. Avec l’avantage en outre d’être peu chers ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !