Comment Twitter s'est inspiré du haïku japonais, ce tweet du 17ème siècle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Comment Twitter s'est inspiré du haïku japonais, ce tweet du 17ème siècle
©

Tweetez-moi ça

Comment Twitter s'est inspiré du haïku japonais, ce tweet du 17ème siècle

Le web communautaire a démocratisé le fait que n'importe quel internaute partage ses sentiments et ses réflexions du moment. Un phénomène que Twitter a amplifié. Mais avant les ordinateurs et l'Internet, les japonais avaient créé le haïku et le senryû...

Philippe  Costa

Philippe Costa

Philippe Costa est poète et poéticien. Il est l’auteur du Petit manuel pour écrire des haïku (Éd. Philippe Picquier, 2000 - Picquier poche, 2010). Il est aussi concepteur d'ateliers d'écriture et  anime toute l’année des stages résidentiels dans sa propriété de Normandie.

Voir la bio »

Le haïku et le senryû, deux mini poèmes à tout faire de seulement dix-sept syllabes qui nous viennent du Japon mais qui peuvent faire le maximum grâce à Twitter et à ses relais. Deux poèmes pour ceux qui veulent exprimer au monde entier leur amour de la nature, étaler leur « je » de la façon la plus discrète ou la plus humoristique qui soit, ou encore, en quelques mots amusants ou salaces, manifester leur grogne et leur mépris des pouvoirs en place, des politiciens, des institutions...

 Haïku et senryû *: deux genres poétiques aussi proches qu’éloignés l’un de l’autre et qui semblent avoir été créés pour Twitter... Deux poèmes minuscules : dix-sept syllabes, c'est-à-dire entre huit et quinze mots !... Ils se sont respectivement développés au Japon à partir des XVIIe  et XVIIIe siècles. Vous twittez un haïku ou un senryû : vous faites du neuf avec du vieux !… Le haïku est un genre avant tout descriptif, ce qu’on nomme en littérature une « image visuelle ».  C'est un poème souvent humoristique, le mot japonais haïkaï, dont il dérive, signifiant « drôlerie », « plaisanterie ». Mais il peut aussi être triste ou mélancolique.

"Derrière les carreaux
dans la chaleur du café
deux joueurs d'échecs"

Le vent du printemps
vautré sur les marguerites
Ah, coquin de vent !...

Nos pas sous la lune
filent des lambeaux d'automne
Et filent nos ans !...

Le genre du haïku peut être divisé en deux grands sous-genres. Le premier peint la nature ou chante les saisons, c’est le haïku par excellence qu’on nomme « haïku de saison ». Au travers de l’évocation de l’une d’elles, il permet l'expression de tous les sentiments et de toutes les émotions. Tweet se traduisant par « gazouillis », il s’affirme comme le complément béni du haïku de saison.

Sitôt levé, l’œil
les jeunes clartés du ciel
sur le petit bois

Si je meurs un jour
lors, tant qu'à faire en baisant
au chant du coucou

Pauvre baluchon
passant là-bas sur la route
dans le soir d'été

Le second grand sous-genre de cette forme poétique, le haïku dit « de circonstance », peut pratiquement aborder tous les sujets, mais si possible avec humour : il excelle notamment à évoquer les banalités de la vie quotidienne, les bonheurs minuscules, les petits tracas, les pensées honteuses ou tortueuses, les choses qui n’intéressent personne... Bref ! Le haïku peut être le poème de tous ceux qui n’ont rien à dire...Ils sont si nombreux sur la Toile que vos haïku-tweets seront vite suivis par des légions et des légions de « followers » !

Le chat a toussé
du toit la neige a fondu
Nouvelles du jour

Les autres au boulot
je sors de ma sieste – Oh !
c’est déjà demain !

Pourquoi mais pourquoi
pissat de femme siffle-t-il ?
me demandé-je 

Aujourd'hui, au Japon, le haïku fait florès dans toutes les couches de la société et la grande presse publie régulièrement les poèmes de ses lecteurs.Il va sans dire que les Japonais utilisent aussi Twitter à qui mieux mieux pour diffuser leurs haïku...

Le genre du senryû, lui,  a été victime de la censure quelques décennies après sa naissance. Et il ne s’en est jamais vraiment remis... Pourquoi la censure ? C’est qu’il s’agit d’un poème satirique. Il s'intéresse donc surtout à la vie sociale ou aux gens en général. Et il raffole des jeux de mots. Il est percutant, moqueur et ne respecte rien ni personne. Sa règle première c'est l'humour. Et là, plus radicalement encore que pour le haïku : pas d'humour, pas de senryû !

Plutôt qu'un poème au sens où on l'entend généralement, le senryû est en fait une occasion de lâcher un bon mot sur les travers de la société, d'asséner une rosserie bien tournée à tel ou tel des acteurs sociaux ou politiques les plus en vue, à tel groupe ou tel « -isme », bref, de provoquer, et en dix-sept syllabes toujours ! On notera cependant qu’à la différence du haïku, les dix-sept syllabes du senryû ne doivent pas forcément être réparties en 5-7-5. Elles peuvent l'être librement.

Colonnes de Buren
Saisi d’émotion, je pleure
Je crie au génie !

Jusqu’aux boîtes aux lettres
il a permis de voter
ce bon Tiberi

– Hé, Progrès Social !...
– Écrase vieux, ça sert à rien
i’roupille j’te dis !

 Le senryû ayant pour principale vocation de s’attaquer aux pouvoirs et aux idées dominantes, j'estime qu'il peut espérer un bel avenir en France – ce pays d’éternels contestataires –, et plus que partout ailleurs.Mais les thèmes du senryû sont aussi sexuels ou grivois. Poème de la gauloiserie, il devrait donc se sentir également plus qu’à l’aise dans l’Hexagone. Et doublement grâce à Twitter !...

Elle le zicouilla
au cri de " vive le vit ! " :
L'Empire des non-sens

Corps en mal de cons
 mosquéquette les dames
ça fait qu'islamettent entre eux

Privé d’érections
pourra pas niquer la France
Pauvre DSK !

Pour en terminer et essayer de susciter chez vous l’intervention de Calliope pour les sujets d’actualité, sachez qu’au Japon, au milieu du XIXe siècle, la pratique généralisée des concours de senryû dans certaines grandes villes a contribué à la chute du régime des shôguns Tokugawa, l’un des règnes les plus obscurantistes et les plus brutaux que le Japon ait jamais connu, ce que nous appellerions aujourd’hui un régime totalitaire.... Twitter serait-il moins puissant que ces pratiques locales et donc forcément limitées ? Ah, ça ira ça ira ça ira !...

Et maintenant, comme le printemps et les érections élections arrivent, vite, tous à vos plumes, tous à vos tweets ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !