Exclusif : Dans la tête des jeunes Français : ce qu’ils attendent de ce quinquennat de crise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les jeunes Français attendent beaucoup de ce quinquennat de crise.
Les jeunes Français attendent beaucoup de ce quinquennat de crise.
©Reuters

Les grandes espérances

Exclusif : Dans la tête des jeunes Français : ce qu’ils attendent de ce quinquennat de crise

Durant toute sa campagne, François Hollande s'est présenté comme le candidat de la jeunesse, celui qui lui donnerait les clés lui permettant d'accomplir ses objectifs. Au moyen d'un logiciel exclusif d'analyse sémantique développé par la société Lidia, plongée au coeur des désirs exprimés par les jeunes au travers de 17 000 contributions déposées sur PropX.fr, la plateforme contributive mise en place par Skyrock pour recueillir les propositions politiques de ses auditeurs pendant les 4 mois précédant l'élection présidentielle.

Janine Gallais-Hamonno

Janine Gallais-Hamonno

Janine Gallais-Hamonno est professeur des universités. Fondés sur une analyse syntaxique des textes qui en permet une compréhension « en profondeur », les trois logiciels Lidia SA permettent : respectivement d’améliorer l’efficacité de la rédaction d’un texte, de quantifier les études qualitatives ou d’indexer intelligemment un texte quel qu’il soit.

Voir la bio »

Dans la mesure où François Hollande fait de son action pour les Jeunes l’un des objectifs de son quinquennat, il est intéressant de voir ce que des Jeunes attendent de leur nouveau Président.

Plongée au coeur des préoccupations et des intérêts des Jeunes Français

Pour cette étude, 17.477 verbatims ont été analysés. Ils répondaient à une question ouverte posée par Skyrock, pendant les quatre mois qui ont précédé le premier tour des élections présidentielles, sur les mesures que les auditeurs voulaient proposer aux différents candidats et souhaitaient voir prendre par le nouveau Président. 

21.383 idées ont été exprimées. Pour faciliter la quantification de cette étude qualitative, ces idées ont été regroupées en 1.086 sujets.

A  partir du corpus général, deux sous-groupes peuvent être considérés: les Jeunes et ceux que Skyrock a accompagnés depuis leur propre jeunesse et qui le sont moins maintenant. Les préoccupations des uns et des autres n’étant pas les mêmes, seuls les résultats se rapportant aux Jeunes sont présentés ici. 

Voir note méthodologique en fin d'article.

Un tournant important

Cette étude montre que nous nous trouvons, sociologiquement, à l’un de ces moments où basculent les comportements. Une page est en train de se tourner : celle de l’après 68. Une génération nouvelle est en train de monter et commence à se trouver et à s’exprimer.

Une première chose est frappante : l’absence des parents. Fini d’être Tanguy. Les parents sont tout simplement occultés.

Non pas par révolte, par besoin de s’affirmer « contre ».Tout simplement, comme le ferait le balancier d’une horloge qui continuerait tranquillement, posément, son lent mouvement d’évolution dans le temps.

Et l’on s’aperçoit que ce dont 68 avait privé la jeunesse, c’était tout simplement la joie. Elle s’était perdue dans l’âpreté des luttes. Et ce que les Jeunes de ce corpus retrouvent, c’est très simplement le dynamisme, l’optimisme, la fierté aussi d’avoir la vie devant soi. Ils savent qu’elle sera dure, ils en connaissent les problèmes, et demandent d’ailleurs à  bien les connaître de plus en plus jeunes, mais ils se sentent suffisamment sûrs d’eux (autre nouveauté) pour y faire face. Avec fierté.

Les professeurs et l’enseignement sont évoqués mais surtout par les participants adultes, comme si les Jeunes les englobaient dans ce monde adulte dont ils se détournent.

Une même cause peut expliquer cette absence de la génération précédente et cet optimisme de la jeunesse : l’importance des réseaux sociaux. Ils permettent à la jeunesse de se regrouper et, en se retrouvant entre eux, de gagner une liberté qui fait apparaître les générations post 68 comme « sous influence ».

Autre fait à souligner : ce dynamisme vient essentiellement de ceux qui ne se sentent pas à l’aise à l’école. Ceux qui veulent entrer dans la vie active jeunes, plus jeunes que la législation ne le leur permet.

Les étudiants se montrent plus intégrés à un système qu’ils cherchent moins à régénérer. C’est pourquoi c’est chez eux que l’on trouve une demande d’aide alors que les autres ne cherchent qu’à se prendre en main.

Une jeunesse qui veut se prendre en main

Ceux qui ne sont pas intéressés par les études.

  • Pour eux, l’enseignement doit leur apporter des pratiques qui leur permettront d’entrer de plein pied dans la vie active. Ils veulent comprendre le fonctionnement du monde du travail et des affaires, et posséder les outils qui leur permettront de s’y intégrer facilement.
  • Ces jeunes font preuve d’un dynamisme qui leur fait souhaiter que l’on fasse confiance, par des prêts, à ceux qui ont des idées, même s’ils sont très jeunes (16 ans).
  • Développer le sport, à l’école et dans la ville. Un jeune qui fait des bêtises, disent-ils, est un jeune qui s’ennuie. Le sport saura l’impliquer et le développer.
  • Au niveau communal, ils souhaitent disposer d’un local où ils puissent se réunir.
  • Par ailleurs, une radio et une chaîne télé devraient être fondées pour les Jeunes et être animées par eux.
  • Ils souhaitent en outre participer à la vie commune par une initiation au fonctionnement de la politique dès l’école et la création de conseils municipaux de jeunes, avec voie consultative.

De même, le Ministre de la Jeunesse devrait consulter des jeunes sur les problèmes qui les concernent. Parallèlement à la vie de la République, se fonderait ainsi une République des Jeunes qui constituerait pour eux un apprentissage pour leur vie future.

Ceux que les études intéressent

Ceux-là se plaignent au niveau du secondaire d’être freinés dans leur avance par ceux qui ne partagent pas leur intérêt pour l’étude.

Etudiants, ils souhaitent davantage de logements étudiants, à bas prix, et des bourses qui leur éviteraient de consacrer une partie de leur temps à faire des petits boulots ;

Les Jeunes venant de quartiers défavorisés souhaitent que les Grandes Ecoles s’ouvrent davantage à eux.

Chez ces deux groupes de Jeunes, il existe une demande d’orientation qui leur permettrait de découvrir des filières, des métiers dont ils n’ont jamais entendu parler et qui leur permettrait de choisir leur avenir et d’éviter les erreurs d’aiguillage qui les marginaliseront.

Chez ces deux groupes de Jeunes l’on trouve une demande de soutien pour ceux qui veulent créer, innover, y compris dans les matières artistiques. L’idée exprimée par le mot Créateur est la 4ème  (sur 1.086 sujets) ayant le Poids le plus élevé (Poids = nombre d’occurrences multiplié par la valeur donnée à l’idée par celui qui l’exprime, cf. Annexe ci-dessous).

Les traits qui se retrouvent chez ces Jeunes sont le dynamisme en même temps qu’une aspiration au bonheur. Ils veulent être heureux. Dans le tableau des Utilités (Utilité = Poids  x Satisfaction) Heureux vient en 7ème position. Ils veulent réussir : Réussite vient en 5ème position, être fiers de ce qu’ils auront accompli : Fierté vient en 32ème position.

Ils sont pleins d’ardeur face à l’avenir : Apprendre vient en 6ème position, Confiance en 15èmee,Fort en 16ème et aussi plein de générosité envers les autres : Solidaire vient en 23ème position.

Et ils aspirent à la beauté. Ainsi, ils demandent un pass culturel  permettant aux Jeunes et aux démunis d’entrer librement dans les salles de concert (il existe une réelle demande de musique et de chant), les stades, les théâtres, les musées. Ils souhaitent voyager en France et à l’étranger, avec des possibilités de séjours qui leur permettent de comprendre le monde tel qu’il est et d’aller à la rencontre d’autres civilisations.

Ils souhaitent également davantage connaître notre littérature et notre histoire. Un retour à nos racines en commençant par une étude de la langue française, de sa grammaire et de son orthographe qu’ils déplorent de ne pas posséder (cf. leur manière de s’exprimer dans les Extraits ci-dessous).

Toutefois, la vie de ces Jeunes possède des zones d’ombre. A l’école, où l’on parle de harcèlement moral et physique. Ce qui conduit à une demande de port d’Uniforme (13ème au niveau des Utilités) pour éviter les discriminations dues à la possibilité, pour certains, de porter des vêtements de marque que d’autres ne peuvent s’offrir.

Dans la vie en société, où l’on évoque les violences, la pédophilie et des viols ce qui fait souhaiter des peines lourdes (des peines réellement effectuées, et jusqu’à la peine de mort) pour ceux qui en sont responsables (Peine vient en deuxième position dans le tableau des Poids)

L’alcool et ses dangers sont également présents dans ces témoignages, ainsi qu’une demande de légalisation de l’usage de la drogue à des fins de prévention.

Et, d’une manière générale, une prise de responsabilité de la part des adultes : dans le tableau des Poids, Arrêter a le Poids le plus élevé,  tandis que Supprimer et Interdire viennent respectivement en position 6 et 7 .

De l’école,  on attend qu’un enseignant sache «tenir une classe», imposer son autorité. L’école doit pourvoir à l’éducation que ne donne pas la famille : apprendre la politesse, le respect de l’autre, et même savoir manger pour pas succomber à la malbouffe...

Dans ces témoignages de Jeunes apparaît l’émergence d’une génération nouvelle qui, sans être ouvertement en rupture avec celles qui l’ont précédée (même si Indépendance vient en 18ème position dans le tableau des Utilités) veut construire un monde différent de celui qu’ils se voient léguer. Ils en ont l’espoir, le courage et la fierté.

Ils ont fondamentalement  bon fond et leur premier mouvement est d’aimer et non de revendiquer.

Peut-être que leur indignation devant la maltraitance des animaux et leur amour pour eux vient-elle du fait que, auprès d’eux, ils trouvent une réponse à un profond besoin d’affection.


Extraits de ce qu’ils disent

A Mantes la Jolie, la Mecque c'est Auchan... Vous parlez d'une sortie culturelle... on a pas autre chose à offrir aux jeunes?
Ouvrir les portes de la culture au jeunes imposer au enseignant de faire une visite d'un Musée comme par exemple Le Louvre et d'autres...... .
Faire apprendre aux enfants, jeunes des choses qui vont servir dans la vie est pas leur bourer la téte avec des choses qui vont jamais servi .
DONNEZ LES MOYENS AUX ZEP POUR QUE LES JEUNES PUISSENT AVOIR ACCèS A LA CULTURE ET AUX LOISIRS AU MêME TITRE QUE LES RICHES .
Renforcé la sensibilisation au jeunes sur la securité routière et la vie en socièté ( respect, lois, devoir, droit .. etc etc ) .
Revoir les films et jeux vidéo trop violent qui insite les jeunes a devenir violent !! .
Plutôt que de que faire de la répression auprés des jeunes (cités) obliger chaque villes à organiser des activités (foot,piscine,escalade..) .
CREER DES COMMERCES DE QUARTIER TENUS PAR DES JEUNES DE QUARTIER AU MOINS ILS BOSSERAIENT ET SERAIENT RESPONSABLES .
Créer une chaine d'entreprise, spécialisé dans la main d'oeuvre, qui emploie uniquement des jeunes, cela pourrais aider des jeunes !
Valoriser l'engagement associatifs des jeunes, qu'il soit concrètement prit en compte dans le dossier scolaire et pour l'insertion pro .
Proposer aux jeunes qui taguent partout de décorer des écoles avec de jolis tags au lieu de détruire les aménagements. .
Pour qu'on ait enfin un ministre de la jeunesse jeune
Mettre en place une aide financière pour le permis pour les jeunes qui n'ont absolument aucun moyen de se le payer .
Les jeunes qui ne veulent pas bosser en cours, les aider à  entrer dans la vie active plus vite, ça serait mieux pour eux. .
Les jeunes eux aussi sont des citoyens, ils ont le droit de s'exprimer, alors écoutez les, et demandez leurs avis! .
Arréter de gonfler la tête des jeunes au lycée en leur disant qu'il vont toucher des milles et des cents des leur premier salaire .
Proposer au Jeune 15-25 ans une carte Transport à  5 euros par mois pour les trajets dans les transports en commun de sa ville
Faire qu'il est plus de maison d'éditions réservé aux jeunes auteurs
Donner la priorité de l'emploi aux jeunes. Les entreprises oublient trop souvent que nous sommes leurs avenirs et celui de la France.
Construire plus de choses par rapport aux jeunes ( exemple: centre de loisirs, journée de la jeunesse dédier express aux jeunes)
Offrir plus d'aide aux jeunes homosexuels mit à la porte de chez eux.
Le vote a partir de 16 ans car je pense que nous les jeunes avons le droit de penser a notre avenir.
Pour que les élèves au collèges et lycées ai des uniformes , pour éviter toutes moqueries , vols a propos de certaines marques...
Pour que l'on puisse travailler dès 16 ans
Laisser une chance aux Jeunes de développer une entreprise a Partir de 16 ans si leurs projets tiens debout !
Obliger les surveillants à sévir dans les cours de récréation et aux abords des écoles contre le racket, les bagarres et autres violences.
Pour que les jeunes s'interesse plus aux cours,proposer des documentaires plutôt que des textes que la moitié ne lit même pas!
Améliorer le suivi des jeunes diplômés dans la recherche d'emplois!
Réduire les heures de cours comme en Allemagne et en Angleterre afin de favoriser des activités sportives et culturelles.
Favoriser l'emploi alterner pour les étudiants pour leurs permettre de suivre les cours et avoir des moyens financiers pour subsister .
Créer un système de bourses pour les étudiants qui s'apprêtent à travailler pour l'Etat, en échange de cinq ans minimum de service.
Ouvrir les médiathèques et bibliothèques le dimanche ; embaucher des étudiants volontaires sur ces créneaux ; rendre leur accès gratuit ! .
Améliorer la nourriture dans les restaurants scolaires. Cela éviterait aux étudiants de manger dans les fast food, snacks et l'obésité... .
Créer une ligne de bus dans chaque grande ville desservant uniquement les universités et gares de la ville facilitant l'accès aux étudiants
Arrêter d'orienter les élèves/étudiants dans les formations sans débouchés professionnels.
Régularisez les dates de versement des bourse car sa devient ingérable pour nous étudiants .
Développer les crèches universitaires pour les étudiantes-mères. Responsabiliser les universités sur le taux d'insertion professionnelle
Rendre la Sécurité Sociale gratuite pour tout les étudiants,et pas seulement aux Boursiers. L’accès au soin doit être égal pour tout le monde .
Supprimer toutes les charges sociales payées par le salarié dans le cadre d'un contrat étudiant.
La prostitution chez les etudiant sa existe malheuresement
Interdire l'alcool dans les soirées étudiantes.
Former les étudiants en les impliquant dans le service publique : les étudiant en btp à la rénovation des logements sociaux par exemple. .
La création de vrais abonnements SNCF pour les étudiants, calqués sur les abonnements forfaits. .
Un accès gratuit à la culture (bibliothèques, médiathèques, musées) pour les étudiants !
Envisager une carte d'accès à la culture qui englobe de multiples services culturels pour les étudiants (musique, cinéma...). .

Note méthodologique 

La méthode que nous utilisons est née de la conjonction de deux  démarches scientifiques : les recherches en sociologie de Jeanne Blum qui ont conduit à sa thèse  L’homme collectif évanescent  (Université de Metz) et mes propres travaux linguistiques (thèse ès-Lettres, Université Paris III).

Pour Jeanne Blum, poser une question ouverte aussi large que possible engendre les réactions d’une population qui, au moment de l’enquête, est celle qui s’intéresse au sujet. Point n’est besoin de constituer un échantillon représentatif: celui-ci s’auto-génère sur le critère fondamental que, étant intéressés par le problème, les participants ont quelque chose à en dire et partageront volontiers le meilleur de leurs idées. L’ensemble de leurs réactions constituant un «homme collectif», celui qui s’intéresse au problème. Cet homme est  toutefois «évanescent» car, sur un autre sujet, ce seront d’autres participants qui interviendront.

Mes propres recherches linguistiques, inspirées des travaux de Du Marsais dans L’Encyclopédie, ont conduit à l’élaboration, au sein de Lidia SA, des logiciels d’analyse de texte qui « savent lire ». C’est-à-dire que, sans dictionnaire pré-établi mais en se fondant sur une analyse syntaxique, ils savent reconnaître les idées exprimées et reconstituer le raisonnement de manière à dissocier ce qui est important de ce qui ne l’est pas et à dissocier  ce qui tient à cœur de ce qui participe d’un pur raisonnement abstrait. Neuf niveaux d’implication sont ainsi distingués, ce qui permet de donner à chaque idée un poids qui correspond à son degré d’implication. C’est ainsi que nous parvenons à quantifier le qualitatif.

Dans la mesure où le logiciel reconstitue le raisonnement de la personne qui s’exprime, il calcule en outre la valeur des associations entre idées et notamment des associations avec ce qui est positif et ce qui est négatif. De la sorte, chaque idée se voit attribuer trois valeurs :
- son Poids : le nombre d’occurrences multiplié par le poids attribué à chacune de ces occurrences compte tenu du degré d’implication de celui qui l’a émise.
- La Satisfaction qui est fonction des associations de cette idée avec les idées positives d’une part et négatives de l’autre.
- L’Utilité: valeur finale obtenue en multipliant le Poids de l’idée par la Satisfaction qui lui est attachée.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !