Ce que la très discrète mobilisation de nouveaux soldats révèle du regard que porte Poutine sur les Russes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Le président russe Vladimir Poutine et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou quittent la Place Rouge après le défilé militaire du jour de la Victoire à Moscou, le 9 mai 2022.
Le président russe Vladimir Poutine et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou quittent la Place Rouge après le défilé militaire du jour de la Victoire à Moscou, le 9 mai 2022.
©Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Guerre en Ukraine

Ce que la très discrète mobilisation de nouveaux soldats révèle du regard que porte Poutine sur les Russes

Lors des cérémonies du 9 mai dernier, Vladimir Poutine n'a pas annoncé de mobilisation générale. Depuis quelques semaines, des troupes et des renforts sont pourtant bien mobilisés de manière dissimulée. Vladimir Poutine n’aurait-il pas suffisamment confiance dans la population russe vis-à-vis de l'opération menée en Ukraine ?

Viatcheslav  Avioutskii

Viatcheslav Avioutskii

Viatcheslav Avioutskii est professeur à l'ESSCA.

Voir la bio »

Atlantico : Le 9 mai dernier, alors que tout le monde pensait que Vladimir Poutine allait annoncer la mobilisation générale, il s’est lancé à l’inverse dans un discours pour convaincre le peuple de le soutenir. Pourtant, une mobilisation militaire a lieu sans que la population n’en ait gare, comment se passe-t-elle ? 

Viatcheslav Avioutskii : Le 9 mai dernier, alors que tout le monde pensait que Vladimir Poutine allait annoncer la mobilisation générale, il s’est lancé à l’inverse dans un discours pour convaincre le peuple de le soutenir. Pourtant, une mobilisation militaire a lieu sans que la population n’en ait gare, comment se passe-t-elle ? 

Il faut replacer la situation dans un contexte plus large pour mieux comprendre la stratégie de Vladimir Poutine. L’opération militaire a échoué. Il ne s’agit pas d’une guerre éclair comme prévu et l’effectif des forces armées russes n’était pas préparé à ce type d’opération. Après trois mois de guerre, on constate que le contingent de l’armée russe, soit environ 150 000 personnes, a été délesté d’un tiers de son nombre soit en morts, soit en blessés et il faut les remplacer. 

Selon une rumeur, Poutine devait annoncer la mobilisation le 9 mai, mais cela n’a pas été fait. Il a alors mis en place une sorte de mobilisation dissimulée qui n’est pas très efficace. À l’heure actuelle, on parle de seulement 2 500 hommes mobilisés par cette voie arrivés sur le front en Ukraine. Il faut noter que la mobilisation en Russie ne peut être lancée seulement si la guerre est officiellement déclarée à l’Ukraine, ce qui n’est pas le cas.

Depuis deux mois, on a aussi constaté que les réservistes russes sont convoqués dans les commissariats militaires pour des prétextes divers et variés. Lorsqu’ils se présentent sur les lieux, on propose au réserviste de signer un contrat pour partir en Ukraine. Cette mobilisation échoue car on constate qu’il n’y a pas de ferveur patriotique en termes de mobilisation. Il n’y a pas de file d’attente devant les commissariats militaires. 

À Lire Aussi

Vladimir Poutine s’est-il construit une Russie (et une armée) Potemkine ?

Est-ce par crainte de la réaction du peuple russe que Poutine ne procède pas à une mobilisation plus massive ?

Tout cela est un peu paradoxal, la société russe soutient massivement Poutine et l’action militaire russe en Ukraine, mais la même population refuse de se mobiliser. La décision d’envahir l’Ukraine est toujours soutenue par les 3/4 de la population russe, même si ce soutien commence à baisser. Le socle de pro-Poutine reste important pourtant peu de Russes sont prêts à aller se sacrifier sur un champ de bataille pour défendre une idéologie.

Dans les deux mois qui ont suivi la guerre, une centaine de milliers de russes travaillant dans le milieu de la tech ou autre sont partis pour éviter cette mobilisation. Poutine, soutenu par le public, est obligé d’avoir recours à une mobilisation cachée car s' il lance une mobilisation officielle, il avoue son échec devant ses supporters, ce qui l’affaiblirait. 

Mobiliser ainsi des troupes risque-t-il de contribuer à renforcer le faible moral de l’armée ?

Nous sommes dans cette tendance. Les troupes russes n’étaient pas motivées pour aller en Ukraine. Elles ne comprennent pas l’objectif de cette guerre car ce qui se passe sur le terrain est en contradiction avec ce qui était annoncé. Elles trouvent des femmes et des hommes nationalistes et non nazis. Selon les informations reportées par le service russe de BBC, le premier jour de la guerre, les officiers n'ont pas clairement annoncé aux soldats qu’ils devaient traverser la frontière avec l’Ukraine pour se retrouver en plein milieu des combats ("Просто колонной ехали, как на парад". Как сотрудник штаба Навального попал на войну и отказался ее продолжать - BBC News Русская служба ). Il semblerait que cette annonce n'a pas été faite pour éviter des défections de dernière minute. Dans l’armée russe, le contractuel a le droit de refuser de participer aux actions armées surtout que si elles se déroulent à l'étranger et si la guerre n'est pas officiellement déclarée.

À Lire Aussi

Ce que la guerre d’Ukraine nous révèle de la vraie nature du régime russe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !