Brûlure au troisième degré ou syndrome du membre fantôme : ces douleurs extrêmes que des chercheurs ont réussi à soulager grâce à la réalité virtuelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Brûlure au troisième degré ou syndrome du membre fantôme : ces douleurs extrêmes que des chercheurs ont réussi à soulager grâce à la réalité virtuelle
©Thorsten Wiedemann & Sara Lisa Vogl

Réalité virtuelle

Brûlure au troisième degré ou syndrome du membre fantôme : ces douleurs extrêmes que des chercheurs ont réussi à soulager grâce à la réalité virtuelle

Si elle est utilisée pour traiter les maladies psychiques, la réalité virtuelle permet aussi de réduire de manière significative la douleur des patients, permettant ainsi de faire baisser la consommation des analgésiques, qui peuvent conduire les malades à une très forte dépendance, voire à une overdose mortelle.

Daniel  Mestre

Daniel Mestre

Directeur de recherche, Centre national de la recherche scientifique (CNRS) Affilié à l'Institut des Sciences du Mouvement (CNRS et Université Aix-Marseille)

Voir la bio »

Atlantico : En 2014, 47 000 personnes sont mortes d'une overdose aux Etats-Unis, les produits les plus mortels de tous s’avérant être les analgésiques prescrits sur ordonnance. Pour lutter contre ce fléau, les chercheurs américains utilisent désormais la réalité virtuelle pour calmer la douleur. Concrètement, comment l'utilisation de la réalité virtuelle peut-elle atténuer la douleur ?

Daniel  Mestre : Cette technique a d'abord été testée dans les années 2000 aux Etats-Unis sur les grands brûlés, au troisième degré, qui étaient les patients qui souffraient le plus quand on changeait leurs pansements ou qu'on les opérait, et ce même avec l'aide des analgésiques. Des chercheurs ont alors eu l'idée, en s'inspirant des techniques de l'hypnose, de leur mettre sur la tête un casque de réalité virtuelle et augmentée et de leur faire jouer à un jeu vidéo tout simple, qui consistait à jeter des boules de neige sur un bonhomme de neige, pendant qu'ils les manipulaient.

Et les résultats ont été plus que probants : totalement absorbés par la réalité virtuelle (le casque les empêchait de voir leur corps), les grands brûlés souffraient beaucoup moins lors des soins, car le fait de détourner leur attention désactivait les nombreuses régions du cerveau qui nous font normalement ressentir la douleur.

Cette technique est donc en plein développement aux Etats-Unis et au stade de la recherche fondamentale en France, même si son efficacité dépend des sujets. Comme l'hypnose, la réalité virtuelle fonctionne mieux par exemple sur les sujets qui croient à cette méthode que sur ceux qui sont plus sceptiques dès le départ. Le premier jeu vidéo auquel ont joué les grands brûlés lors de leurs manipulations médicales avait aussi été conçu volontairement dans un environnement froid, pour leur faire oublier le plus possible la sensation de chaud, responsable de leur blessure. Certains y ont été sensibles, d'autres non.

Contre quel type de douleur la réalité virtuelle promet-elle d'être la plus efficace ?

Comme je viens de l'expliquer plus haut, la réalité virtuelle est très efficace sur les douleurs temporaires, lorsqu'un grand brûlé doit changer de pansement par exemple.

La réalité virtuelle peut aussi soigner des douleurs chroniques, comme le démontre l'expérience de "la main fantôme". Il arrive souvent que des patients amputés d'une main aient sans arrêt mal à cette même main, sans pouvoir rien faire, car cette main n'existe plus. Cela s'explique par le fait que leur cerveau a enregistré cette organe dans une position douloureuse, comme par exemple celle d'avoir les ongles qui vous rentrent dans la paume de la main. Grâce à la réalité virtuelle, des chercheurs ont pu donner à voir à leur patient amputé d'une main une main virtuelle, que certains se sont appropriés comme étant leur propre main manquante, et pouvant ainsi faire en sorte que leur cerveau l'enregistre dans une position qui ne les faisait plus souffrir. La main virtuelle a donc permis de soulager une douleur chronique causée par la main amputée.

Peut-on envisager que la réalité virtuelle remplace un jour définitivement les analgésiques, ou doit-elle seulement être utilisée en complément d'un traitement médicamenteux ? Pourquoi ?

Pour le moment, la réalité virtuelle est utilisée en complément d'un traitement médicamenteux. Elle permet de booster l'effet du médicament.

Mais il se peut que la réalité virtuelle devienne si puissante et bien faite que le cerveau du sujet la confondra avec la réalité. On pourra alors soigner les patients sans médicament.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !