Bonne nouvelle, 2016 n’est pas “une année à méduses”… mauvaise nouvelle, elles le sont désormais toutes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Bonne nouvelle, 2016 n’est pas “une année à méduses”… mauvaise nouvelle, elles le sont désormais toutes
©Reuters

Problème tentaculaire

Bonne nouvelle, 2016 n’est pas “une année à méduses”… mauvaise nouvelle, elles le sont désormais toutes

Non, 2016 ne sera pas une "année à méduses". En tout cas pas plus qu'une autre et voici pourquoi.

Fabien Lombard

Fabien Lombard

Fabien Lombard est Maitre de conférences à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et enseignant-Chercheur à l’Observatoire Océanologique de Villefranche sur Mer. Il est notamment spécialiste du zooplancton.

Voir la bio »

Atlantico : Depuis une vingtaine d'années, les plages sont souvent envahies par des bancs entiers de méduses violettes pendant l'été. Qu'est-ce qui explique cette prolifération estivale à proximité du littoral ?

Fabien Lombard : Ces méduses violettes sont appelées les méduses Pelagia noctiluca, aussi connues sous le nom de méduse pélagique (c'est-à-dire qui vit au large).

En termes de quantité, les chercheurs n'ont pas suffisamment de données anciennes pour savoir si elles sont plus nombreuses qu'avant, surtout en mer Méditerranée.

Ce que l'on sait en revanche, c'est que les méduses Pelagia noctiluca sont présentes en Méditerranée depuis 23 ans, alors que normalement elles observent un cycle d'apparition et de disparition tous les six ans. Si on ne sait pas encore si leur nombre augmente, on sait donc que leur présence est beaucoup plus fréquente qu'avant.

L'idée que ces méduses sont présentes l'été est une idée biaisée: ces méduses sont présentes toute l'année, mais peu de personnes sont là pour les voir surtout sachant qu'elles vivent  au large. Lorsque les méduses envahissent certaines plages sur le littoral, c'est parce cette espèce forme de larges bancs de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de spécimens, qui se déplacent au gré des courants et suivant la direction des vents dont certains les rapprochent des côtes.

2016 serait une nouvelle fois une "année à méduse" : est-ce le cas pour toutes les plages de France ? Quelles sont les zones les plus favorables à cette affluence massive de méduses ?

Cette espèce de méduse pélagique est largement présente dans toutes les eaux chaudes et tempérées, comme la mer Méditerranée, la mer Rouge, ou l'océan Atlantique ou Pacifique. En Europe, il n'est pas rare de la voir sur les cotes Atlantique Françaises, jusqu'à l'Ecosse, mais de manière moins fréquente qu'en méditerranée.

 2016 est déjà une "année  de la méduse" car ces méduses sont déjà présentes et ont été observées à plusieures reprises cet hiver, ce printemps, ou la semaine dernière. Par contre savoir si l'été 2016 sera un été à méduses restera une question: elles peuvent rester sagement au large.... ou des coups de vents peuvent changer les courants et les rapprocher des plages. 

Quel rôle tiennent les méduses dans le cycle naturel marin ?

Les méduses sont des prédateurs, qui mangent du plancton et des petits poissons. Elles sont aussi mangées par les thons, les bars ou encore les dorades.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !