"Les religions en accord avec la démocratie doivent mourir" : les glaçantes découvertes du seul journaliste à avoir vécu l'Etat islamique de l'intérieur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des combattants de l'Etat islamique.
Des combattants de l'Etat islamique.
©Reuters

Sueurs froides

"Les religions en accord avec la démocratie doivent mourir" : les glaçantes découvertes du seul journaliste à avoir vécu l'Etat islamique de l'intérieur

Selon Jürgen Todenhöfer, qui revient de 10 jours passés au milieu des djihadistes de l'EI, le groupe est bien "plus fort et plus dangereux" que les Occidentaux ne l'imaginent.

Il est le premier journaliste occidental à avoir eu accès aux territoires dirigés par l'Etat islamique en Syrie et en Irak. Après sept mois de négociations avec les leaders du groupe, Jürgen Todenhöfer, 74 ans, reporter de guerre allemand reconnu, a pu passer dix jours au milieu des djihadistes, notamment à Mossoul, en Irak. Il est retourné chez lui la semaine dernière avec une mise en garde des plus effrayantes. Selon lui, l'Etat islamique est bien "plus fort et plus dangereux" que les Occidentaux ne l'imaginent.

Jürgen Todenhöfer prévoit d'intégrer cette première expérience au sein de l'EI dans un livre qu'il écrit sur le groupe et devrait publier son sommaire ce lundi 22 décembre. En attendant, le journal The Independant a traduit des extraits de plusieurs de ses interviews avec des médias allemands. Lors d'un entretien avec le site internet Der Tz, Jürgen Todenhöfer, qui a séjourné dans le même hôtel que James Foley, décapité en août par l'Etat islamique, révèle qu'à présent, le territoire de l'Etat Islamique est "plus étendu que le Royaume-Uni". Par ailleurs, le groupe est soutenu par "un enthousiasme presque extatique que je n'ai jamais rencontré dans aucune autre zone de guerre", a-t-il déclaré, ajoutant : "Chaque jour, des centaines de combattants volontaires arrivent du monde entier". "Pour moi, c'est incompréhensible".

Lors de son reportage, Todenhöfer a observé les habitudes de vie des combattants de l'EI. Selon lui, ces derniers dorment dans des casernes construites sur les ruines de maisons bombardées, près de 5 000 à Mossoul. Et sur sa page Facebook, le journaliste a posté des images représentant des djihadistes avec des pistolets allemands Heckler & Koch de modèle MG3.

Aussi, pour Todenhöfer, l'EI ne peut pas être vaincu par la coalition occidentale et les frappes aériennes. Et ce même si les Etats-Unis se sont vantés de leur efficacité la semaine dernière. "Avec chaque bombe lâchée qui frappe un civil, le nombre de terroriste augmente", met en garde le reporter.

Par ailleurs, lors d'un entretien télévisé avec le programme Natchjournal de RTL, Todenhöfer indique que l'EI, qui a travaillé dur pour devenir un Etat fonctionnel, propose désormais "une sécurité sociale", un "système scolaire" et, étonnamment, met en place un programme pour éduquer les filles.

Mais pour Todenhöfer, le plus inquiétant est la croyance des combattants de l'EI qui veut que "toutes les religions qui sont en accord avec la démocratie doivent mourir". Selon le journaliste, l'objectif répété de l'EI est de "conquérir le monde" et tous ceux qui ne croient à son interprétation du Coran. Les seules autres religions qui seront épargnées seront les "peuples du Livre", à savoir les Juifs et les Chrétiens. "C'est la plus large stratégie d'épuration religieuse qui ait jamais été prévue dans l'histoire de l'humanité", déplore-t-il.

De son point de vue, le groupe sera bientôt en mesure de négocier une coexistence avec les Occidentaux. Selon lui, "les seuls à pouvoir les arrêter désormais sont les sunnites irakiens modérés" car "si vous voulez vaincre un opposant, vous devez le connaître".  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !