Aux origines de l'Atlantide #1 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Aux origines de l'Atlantide #1
©

Atlantido

Aux origines de l'Atlantide #1

Apparue dans l'œuvre de Platon il y a 2 500 ans, l'Atlantide garde encore aujourd'hui tout son mystère. Mythe ou réalité ? Pour Atlantico, l'écrivain et historien Jacques Gossart revient sur les origines de l'île engloutie en nous offrant en avant-première un extrait exclusif de son dernier ouvrage "L'Atlantide" (Dervy) à paraître le mardi 12 avril. Episode 1.

Jacques  Gossart

Jacques Gossart

Jacques Gossart est historien, écrivain et conférencier.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant des civilisations disparues, dont La longue marche du svastika (Editions Dervy, 2003) et L'Atlantide (Editions Dervy, 2011).

Voir la bio »

Un très vieux débat

Le nom « Atlantide » apparaît pour la première fois voici 2 500 ans, sous la plume de deux géants de la pensée antique : Hérodote, le « père de l’histoire » et Platon, un des plus grands philosophes de tous les temps. Mais si Hérodote s’est contenté de citer l’Atlantide dans son œuvre, Platon par contre a entrepris de décrire longuement cette brillante civilisation, disparue tragiquement aux alentours du dixième millénaire avant notre ère. Depuis lors, l’histoire de l’Atlantide n’a cessé d’enflammer les imaginations et d’alimenter le débat. Fiction politique au service des idées platoniciennes pour les uns, réalité historique aux origines des civilisations pour les autres, l’Atlantide est sans doute l’énigme archéologique la plus célèbre de tous les temps. Et malgré les quelque 200 000 ouvrages écrits sur le sujet, la question de l’historicité du continent disparu reste ouverte.

Toutefois, la situation s’est modifiée au cours des dernières décennies. L’évolution des connaissances fait que l’Atlantide a peu à peu quitté le domaine des idées romanesques pour celui des hypothèses scientifiques dûment étayées. Et, chose remarquable, toutes les disciplines ont concouru, et concourent chaque jour davantage à améliorer nos connaissances en "atlantologie", qu’il s’agisse d’imagerie par satellite, d’archéologie sous-marine, de vulcanologie, de biologie, d’anthropologie, de mythologie, ou encore de linguistique.     

Les textes fondateurs

Toute cette affaire « Atlantide » trouve son origine dans le Timée et le Critias, deux textes fameux dans lesquels Platon fait dialoguer plusieurs personnages, dont le philosophe Socrate et le politicien Critias. Afin d’illustrer d’un exemple concret la vision politique de Socrate, Critias raconte l’histoire de l’Atlantide, un récit qu’il tient de son grand-père et qui fait référence au témoignage de l’Athénien Solon. Ce dernier, lors d’un voyage en Egypte, avait recueilli, de la bouche de prêtres de la ville de Saïs, l’histoire de cette île engloutie 9 000 ans auparavant.

Dans le premier texte, le Timée, Platon va planter le décor. On apprend ainsi que l’Atlantide était située dans l’océan Atlantique, « au-delà des colonnes d’Hercule » – autre nom du détroit de Gibraltar. Mais laissons la parole aux prêtres égyptiens : « [La civilisation atlante était une] grande et admirable puissance, qui étendait sa domination sur l’île entière et sur beaucoup d’autres îles et quelques parties du continent […]. Or, un jour, cette puissance, réunissant toutes ses forces, entreprit d’asservir d’un seul coup votre pays, le nôtre et tous les peuples en deçà du détroit. Ce fut alors, Solon, que la puissance de votre cité [d’Athènes] […] vainquit les envahisseurs. […] Mais dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre et des inondations extraordinaires et, dans l’espace d’un seul jour et d’une seule nuit néfastes, tout ce que vous aviez de combattants fut englouti d’un seul coup dans la terre, et l’île Atlantide, s’étant abîmée dans la mer, disparut de même. »

Dans le deuxième texte, le Critias, Platon entame une description détaillée de l’Atlantide, véritable pays de cocagne aménagé par le dieu Poséidon. On y apprend entre autres que l’île comportait « la plus belle et fertile de toutes les plaines », que le sous-sol recélait « l’orichalque, le plus précieux, après l’or, des métaux alors connus », et que le système politique en vigueur était basé sur une assemblée de dix rois. Mais pour une raison inconnue, Platon s’est arrêté au milieu d’une phrase et son récit reste inachevé…

A suivre dimanche 10 avril 2011...

L'Atlantide de Jacques Gossart sera disponible en librairie, le 12 avril 2011.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !