Si, l'argent fait bien le bonheur (quand on le consacre à celui des autres) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Si, l'argent fait bien le bonheur 
(quand on le consacre à celui des autres)
©

Philanthropie

Si, l'argent fait bien le bonheur (quand on le consacre à celui des autres)

Un professeur de psychologie à Harvard a réalisé une étude qui dément l'adage populaire. A condition de consacrer son argent pour le bien d'autrui ou pour de bonnes causes...

Quoi qu'en dise votre grand-mère, l'argent fait bel et bien le bonheur. "Si vous pensez que l'argent ne peut pas acheter le bonheur, c'est parce que vous le dépensez mal !", a expliqué Michael Norton, professeur de psychologie à Harvard, pendant une conférence.

Mal utilisé, l'argent peut même ruiner des vies. En témoigne cet article publié sur le site de CNN, intitulé "Gagner à la loterie peut-il garantir le bonheur ?" "La plupart des personnes voient leur vie gâchée quand ils empochent le gros lot", affirme Michael Norton. Deux cas de figures possibles : soit ils dépensent leur gain en quelques mois, finissent ruinés et se suicident. Soit ils se font dévaliser par leurs proches, finissent ruinés et se suicident.

Fait amusant : dans les commentaires postés au bas de l'article de CNN, la majorité des internautes ont expliqué comment il dépenseraient leur argent s'ils gagnaient à la loterie. Chacun conditionne son accès au bonheur au fait d'atteindre un ou plusieurs buts précis. Buts qui varient bien sûr selon les personnes.

- Il y a le millionnaire amoureux de la nature : "Si je gagne, j'achèterai ma propre petite montagne et je ferai construire un chalet au sommet."

- Le millionnaire flambeur : "Si je gagne, je dépenserai tout en alcool et en femmes, et je gaspillerai le reste."

- Le millionnaire bisounours : "Si je gagne, je déménagerai sur un île où le crime n'existe pas."

- Le millionnaire psychopathe : "Si je gagne j'achèterai la maison dans laquelle a été tourné le film Shining."

Etc.

En revanche, presque personne ne dit qu'il donnera de l'argent aux autres, ou à des associations. L'argent nous rend "antisocial" et "égoïste" conclut Michael Norton. Il estime par ailleurs que l'argent peut effectivement apporter le bonheur s'il est utilisé pour les autres (en faisant des cadeaux à ses amis, en faisant des dons à des œuvres caritatives...).

Avec son équipe, Michael Norton a mené une expérience visant à mesurer si leurs "cobayes" étaient plus heureux après avoir fait des dépenses pour leur compte personnel, ou après avoir consacré de l'argent à une cause sociale ou charitable. Ils se sont rendus sur le campus de l'Université British Columbia à Vancouver.

Dans un premier temps, les étudiants devaient mesurer sur une échelle de 1 à 5 leur degré de satisfaction. Ils se sont ensuite vus remettre une enveloppe contenant soit 5 dollars soit 20 dollars à dépenser dans la journée. Une moitié des étudiants a eu pour instruction de se faire plaisir, l'autre de consacrer la somme à autrui.

Le soir même, l'équipe de chercheurs a appelé ces étudiants pour savoir comment ils avaient dépensé l'argent et mesurer leur degré de satisfaction. Conclusion : "Nous avons découvert que les gens dépensant de l'argent pour d'autres étaient plus heureux", a expliqué à l'AFP Elizabeth Dunn, une des chercheuses à l'origine de l'étude. Les personnes qui avaient dépensé l'argent pour eux-mêmes étaient aussi heureux qu'avant de dépenser l'argent. Les résultats de l'étude ne variaient pas en fonction du montant de la somme reçue.

Le même type d'expérience a été menée en Ouganda, aboutissant aux mêmes résultats. "Les conclusions de l'étude ne varient pas selon qu'on se trouve dans un pays riche ou dans un pays pauvre", souligne Michael Norton.

Comme quoi, ce n'est pas compliqué d'être heureux...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !