Après la vague des selfies de 2013, place aux usies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Après la vague des selfies de 2013, place aux usies
©

Cheese

Après la vague des selfies de 2013, place aux usies

En plein essor, les selfies doivent déjà faire place à un nouveau concurrent : les usies. Cette tendance n'est rien d'autre qu'un selfie, mais à plusieurs sur la photographie. Focus sur cette nouvelle vague.

Catherine Lejealle

Catherine Lejealle

Catherine Lejealle est docteur en sociologie et ingénieur télécom (ENST Bretagne). Elle est professeur à l'ISC Paris et co-fondatrice de la Chaire Digital BusinessSes domaines de recherche couvrent les usages des TIC (téléphone portable, Internet, médias sociaux…)

Elle a publié La télévision mobile personnelle : usages, contenus et nomadisme,  Les usages du jeu sur le téléphone portable : une mobilisation dynamique des formes de sociabilité  aux Editions L'Harmattan et J'arrête d'être hyperconnecté ! : 21 jours pour réussir sa détox digitale chez Eyrolles.

Voir la bio »

Atlantico : Les réseaux sociaux sont témoins d'une nouvelle mode : après la vague des selfies de 2013, place aux usies ! Cette nouvelle tendance reprend le principe du selfie, à la différence que plusieurs personnes apparaissent sur la photographie. En quoi les usies se différencient-t-ils d'une simple photo ? Et d'un selfie, finalement ?

Catherine Lejealle Le usie déferle effectivement dans notre quotidien mais il répond à la même logique que le selfie. Le selfie est la photo faite en solo par défaut lorsqu’on est seul et qu’on veut partager l’émotion sur l’instant et sans attendre. Le usie est la version collective du selife lorsqu’on est plusieurs à vivre quelque chose que l’on veut partager. Ce sont deux déclinaisons, individuelle et collective d’une pratique, celle de la présence connectée. Il n’y a pas de différence fondamentale. A cet égard, le mobile retrouve sa fonction initiale qui est la communication interpersonnelle et non le visionnage de films, la recherche sur internet, la lecture de flash infos ou la recherche d’un cinéma en lien avec la géolocalisation.     

L'arrivée des usies va-t-elle faire disparaître les selfies ou simplement les concurrencer ? Cette nouvelle vague a-t-elle une chance d'être pérenne ?

Le usie complète le selfie mais il suppose qu’on soit plusieurs. Le selfie correspond à la situation solo. La tendance sera pérenne car la motivation est le partage avec son réseau de proches, avec les liens forts. A la différence des médias sociaux qui mette en relation avec des liens faibles – dont la force n’est plus à démontrer depuis 1974 Mark Granovetter nous indiquait la force des liens faibles pour trouver du travail ou un logement – le selfie et le usies sont destinés aux liens forts. Ils sont une autre déclinaison des SMS et MMS. Au texte, on ajoute une image qui en dit forcément bien plus et est jugé moins fastidieux par les jeunes que la rédaction d’un texte. L’option multi cast donc envoi à plusieurs est également très prisée puisqu’il s’agit de rester connecter aux autres, d’échanger, de participer et surtout de susciter leurs réactions.

Les selfies, uglies et maintenant usies, connaissent un véritable essor. Qu'est-ce que cette manie révèle de notre personnalité ?

C’est moins un trait de personnalité qu’un trait de l’époque où nous vivons. Nous avons la possibilité technique et à moindre coût d’être de façon continue en présence connectée avec notre réseau. Pourquoi s’en priver ? De plus, si au départ, on est récepteur de tels messages, très vite, on prend goût à en envoyer soi-même et à participer également au titre d’émetteur. Il faut bien souligner la facilité d’utilisation des selfies qui ne demandent pas de grandes compétences technique. Les actions à effectuer pour l’envoi de la photo sont clairement indiquées et y invitent. Il s’agit d'une affordance ou prise que le dispositif offre et dont ce sont emparés d’abord les jeunes et les stars et puis progressivement tout le monde. Mais c’est bien parce que c’est facile, peu coûteux et rapide que cela a pu se diffuser aussi vite.    

Que pourrait-on imaginer comme nouvelle vague après les usies ?

En matière de communication interpersonnelle entre liens forts, on est passé du simple SMS au MMS et aujourd’hui au selfie et usie. On a donc la possibilité d’échanger rapidement du texte et de l’image. On peut imaginer deux évolutions. D’une part, sur la base d’un tel envoi, on va encore agrémenter les échanges de fonctions plus sophistiquées, de sons, de vidéos pour enrichir le contenu échangé. D’autre part, on peut imaginer se diffuser la pratique de la série ou BD produite collectivement où chacun ajoute une suite à ce qui est envoyé comme des wagons à un train. Cela permet plus de circularité, de co-production, de partage et d’interaction. Si techniquement cela est déjà possible, ce n’est pas encore très bien diffusé parmi la population. En tout cas, le mobile retrouve sa fonction initiale de lien à la fois entre co-présents et avec ceux à distance. Il affranchit des distances et permet à l’humain de réaliser son rêve prométhéen d’ubiquité. 

Propos recueillis par Marianne Murat

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !