80% des Français opposés à l’introduction de la réforme de l’orthographe dans les manuels scolaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
80% des Français opposés à l’introduction de la réforme de l’orthographe dans les manuels scolaires
©Reuters

Info Atlantico

80% des Français opposés à l’introduction de la réforme de l’orthographe dans les manuels scolaires

Selon un sondage exclusif IFOP pour Atlantico, 80% des Français se disent opposés à l'application de la réforme de l'orthographe lancée en 1990. Un signe de plus qui montre que les Français ne sont pas prêts à accepter un nivellement par le bas de l'éducation en France.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio »

Atlantico : Quel est le principal enseignement de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : C'est l'opposition très massive et très forte de l'opinion publique française à l'entrée en vigueur de cette réforme dans les manuels scolaires. Nous avons huit Français sur dix qui se disent "opposés", un chiffre en soi très spectaculaire et massif. Par ailleurs, ce caractère massif et franc de l'opposition est renforcé par un second chiffre : en effet, 55% des Français se disent "tout à fait opposés" à cette réforme. Nous sommes donc ici en présence d'une opposition à la fois très large et très radicale. Nous aurions pu avoir des chiffres de l'ordre de 65% de Français "opposés" et 50% "tout à fait opposés", nous serions alors dans un désaccord un peu mou. Là, nous sommes en présence de quelque chose de beaucoup plus vaste et beaucoup plus dur, avec plus d'un Français sur deux qui se dit "totalement opposé". On mesure ici objectivement avec des chiffres ce que l'on avait subodoré la semaine dernière avec la levée de boucliers provenant de différents milieux et de différents acteurs de la société française qui s'étaient émus de l'annonce de l'introduction de cette réforme, dont on rappelle qu'elle ne date pas d'aujourd'hui. C'est quelque chose de plus ancien, mais la nouveauté réside dans le fait que d'un commun accord, tous les éditeurs de manuels scolaires ont décidé d'appliquer les consignes de cette réforme dès la rentrée 2016. Cette initiative a suscité énormément de polémiques en France, de la part d'hommes de lettres ou de personnes du milieu de l'éducation et de la culture, mais nous voyons que cette initiative passe très mal également dans la population.

Deuxième niveau d'analyse : nous pouvons voir que l'opposition est un peu moins virulente parmi les générations les plus jeunes. Nous sommes "seulement" à 74% d'opposés chez les moins de 35 ans, et nous montons à 84% chez les plus de 65 ans, soit dix points de plus. Les tranches d'âge qui ont appris à écrire le français selon les règles classiques sont les plus choquées et les plus heurtées. Chez les plus jeunes, dont nous pouvons penser qu'ils ont parfois un rapport plus distendu avec l'orthographe et les canons de la langue française, nous avons certes une opposition qui est un peu moins virulente, mais qui concerne tout de même les trois quarts d'entre eux.

Quand on analyse les résultats de ce sondage selon le niveau d'étude des Français, on observe que le rejet de cette réforme orthographique est le plus fort chez les personnes les moins diplômées, avec 87% de Français "opposés" (et 63% de "tout à fait opposés"). Y a-t-il une explication particulière selon vous ? En schématisant, on a l'impression que plus personne ne sait écrire mais que tout le monde se cramponne à l'orthographe. S'agit-il donc d'une angoisse face à la perte d'un élément identitaire ?

C'est en effet un troisième niveau d'analyse. Si on s'en tient uniquement au constat que les sans-diplômes sont les plus opposés à cette réforme et donc les plus attachés au maintien de l'orthographe traditionnelle, je pense qu'il y a une variable d'âge qui est cachée derrière. Le niveau éducatif a considérablement augmenté depuis 30 ans du fait de la démocratisation de l'enseignement secondaire et supérieur. Du coup, les moins diplômés présentent certes un profil culturel et sociologique bien spécifique, mais ce qui les définit surtout, c'est leur moyenne d'âge. Or, nous voyons que les plus âgés sont les plus opposés à cette réforme.

Dans un second temps, nous pouvons effectivement penser qu'il y a un arrière-fond politique et idéologique derrière ces résultats. Nous voyons que c'est à droite et au Front national que l'intensité du rejet est la plus forte, parce que cette mise en application de la réforme de l'orthographe s'inscrit sans doute pour eux dans un schéma plus global de perte de repères et de déconstruction d'un certain nombre de règles traditionnelles auxquelles ils sont très fortement attachées. Regardez l'engouement populaire autour de films rappelant avec nostalgie l'univers de l'école de la IIIe République, comme Les Choristes par exemple. Il y a toute une série de productions culturelles (films, livres, missions…) qui vantent cette période un peu glorieuse et bénie et qui rencontrent un très large écho auprès du public. Il y a donc un attachement à des cadres et repères traditionnels, à un patrimoine et un héritage, ainsi qu'un réflexe conservateur et d'attachement à un patrimoine culturel très ancré dans notre population.

Dernier élément idéologique : l'idée que cette réforme est guidée par un certain relativisme culturel, une volonté de permettre à d'autres formes d'expression d'émerger, une volonté de reconnaître des évolutions qui se font jour dans une partie de la population (nouvelles façons d'écrire et d'échanger, communication digitale, etc.). L'opposition à cette réforme pointe donc aussi vers cela. Certains sont amenés à penser que derrière cette réforme, il y a une volonté plus ou moins avouée de virer vers le bas, alors qu'ils souhaiteraient au contraire maintenir un niveau d'exigence. Il y a à droite et chez les personnes les plus âgées un attachement à un patrimoine, à des règles, des normes et des repères – et la langue et l'orthographe en font partie. Il y a aussi le fait de dire que dans un système éducatif qui est déjà très malmené, cette réforme permettant l'utilisation de plusieurs orthographes simplifie les choses, ce qui est alors perçu comme un signe supplémentaire de nivellement vers le bas et d'abaissement des exigences vis-à-vis des élèves. Nous retrouvons donc le même réflexe de rejet que nous avions observé par exemple lorsque Najat Vallaud-Belkacem avait évoqué fin 2014 son projet de suppression des notes.

Sur cette réforme, y a-t-il des différences d'opinion entre les Français selon leurs préférences politiques ?

Il y a un rejet qui est d'autant plus fort à droite, mais il reste fort même à gauche. Nous sommes donc sur un schéma assez classique des modernes contre les conservateurs, mais il y a aussi un autre clivage à l'œuvre : l'attachement au principe de hiérarchie et d'exigence contre l'idée qu'il faut peut-être abandonner un certain nombre de règles désuètes ou élitistes pour venir en aide aux personnes ou aux élèves les plus en difficulté. C'est cela qui se joue derrière cette réforme.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Pourquoi la promotion de l’égalité des chances à l’école par Najat Vallaud-Belkacem devrait surtout se traduire par le sacrifice de ceux qui auraient pu monter dans l’ascenseur socialMalaise sur le plateau du "Supplément" : l’intolérable réserve de Najat Vallaud-Belkacem face à un représentant associatif musulman rechignant à condamner l’Etat islamiqueLe débat sur la réforme de l'orthographe (ou comment l'accent circonflexe est devenu de droite pendant la nuit)

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !