5h16 pour traverser l’Atlantique : l’exceptionnelle conjonction météo qui permet actuellement des temps de vol record aux compagnies aériennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le jet stream réduit sérieusement le temps des vols transatlantiques.
Le jet stream réduit sérieusement le temps des vols transatlantiques.
©Reuters

Dans le vent

5h16 pour traverser l’Atlantique : l’exceptionnelle conjonction météo qui permet actuellement des temps de vol record aux compagnies aériennes

Les vents soufflent fort en ce moment au-dessus de l'Atlantique. Des conditions exceptionnelles qui permettent aux avions assurant la liaison entre New-York et l'Europe du Nord de battre des records. Par contre dans le sens inverse...

Frédéric Decker

Frédéric Decker

Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org

Voir la bio »

Atlantico : La force des vents allant d'ouest en est a permis à des vols commerciaux entre New York et Londres d'atteindre des vitesses quasi supersoniques. Un avion British Airways a par exemple mis 5 heures et 16 minutes, au lieu de plus six heures, pour assurer la liaison entre les deux villes. Pouvez-nous expliquer le phénomène météorologique qui permet ces temps de voyage record ?

Frédéric Decker : Le "courant jet", ou jet stream, est un puissant courant d'air qui souffle d'ouest en est, du fait de la rotation de notre planète. Il en existe quatre sur Terre, deux par hémisphères : deux courants jets polaires, et deux courants jet subtropicaux. Les courant jets polaires sont nettement plus rapides que les subtropicaux. Dans le cas de l'hémisphère nord, ce courant jet polaire, assez sinueux, souffle donc d'ouest en est entre 7 et 12 km d'altitude. Il existe du fait des contrastes thermiques entre le Pôle Nord et l'équateur. C'est dans la zone de conflit de masses d'air que ce courant jet existe.

Selon les différences de températures, mais aussi les écarts de pressions, ce courant jet est plus ou moins rapide. Il atteint fréquemment la vitesse de 200 km/h, mais il peut souffler beaucoup plus violemment notamment entre l'automne et le début du printemps, lorsque le front polaire descend plus au sud et qu'un rapide courant dépressionnaire océanique est en place. Fin 1999, il atteignait 400 à 500 km/h au-dessus de l'Europe. En phase avec des basses pressions au sol, c'est lui qui a formé les deux tempêtes du siècle, dites "bombes" entre le 26 et le 28 décembre. 

Pourquoi la période hivernale favorise-t-elle des vents aussi puissants ?

En hiver dans l'hémisphère Nord, les écarts de pression et des températures augmentent nettement entre l'Islande et les Açores par exemple : des basses pressions ou dépressions s'installent souvent de façon récurrente vers l'Islande, alors que l'anticyclone des Açores maintient des hautes pressions au sud-ouest de l'Europe. Lorsque ces conditions sont réunies, le courant jet s'installe entre ces deux entités, plus rapides en fonction de l'écart de pression horizontal. En revanche, si les grands centres d'action sont disposés différemment, le courant jet sera beaucoup plus faible, voire quasi-inexistant.

En revanche les vols depuis l'Europe vers l'Amérique sont logiquement ralentis. A quelles forces les avions en provenance de Londres ou Paris sont-ils confrontés ?

En volant vers l'ouest, les avions sont logiquement face au jet stream. C'est le même principe qu'en voiture un jour de vent fort : la voiture est ralentie et consomme beaucoup plus avec un vent de face. Au contraire, le véhicule sera poussé par un vent de dos et consommera nettement moins. C'est pareil en avion face au jet stream, si ce n'est que les vitesses sont nettement plus élevées. Face au jet stream à environ 200 km/h, un avion volera à 800 km/h, alors qu'il peut dépasser 1000 km/h en volant d'ouest en est !

A part accélérer ou ralentir nos vols, quels effets le jet stream a-t-il sur nos existences ?

J'ai évoqué les tempêtes de fin 1999 précédemment. Malgré son altitude très élevée, le jet stream peut entrer en phase avec ce qu'il se passe plus bas. Si comme en 1999 ce puissant courant d'air s'accompagne d'une dépression au sol, il peut la renforcer très brutalement et la transformer en "bombe" lorsqu'ils sont parfaitement alignés. Ce fut aussi le cas lors de la tempête Klaus en 2009. Mais heureusement, le jet stream atteint rarement de telles vitesses (400 km/h et plus) et ne s'aligne par forcément avec les dépressions qui circulent lors des rapides flux océaniques. En cas d'éruption volcanique, les poussières et cendres atteignent la stratosphère et donc le courant jet qui étale ensuite ces poussières dans la haute atmosphère. Il peut s'ensuivre des modifications climatiques si les poussières sont nombreuses, par un refroidissement. En dehors de ces effets, le jet stream passe inaperçu dans notre vie de tous les jours.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !