"Macron, pourquoi tant de haine ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Domenach et Maurice Szafran ont publié une enquête sur le quinquennat d'Emmanuel Macron. 
Nicolas Domenach et Maurice Szafran ont publié une enquête sur le quinquennat d'Emmanuel Macron.
©STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP

Une question à laquelle il est facile de trouver des réponses 

"Macron, pourquoi tant de haine ?"

C'est le titre, bien choisi, du dernier livre de Nicolas Domenach et de Maurice Szafran. 

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
En son temps François Mitterrand fut l'objet d'admiration et de dégoût. Lui succéda Jacques Chirac qui fit beaucoup ricaner. Vint ensuite Sarkozy qui en énerva plus d'un. Puis Hollande qui ne suscita que du mépris. 
Avec Macron c'est tout à fait autre chose : de la haine selon Domenach et Szafran. Il sera, selon toute vraisemblance, réélu. Pas pour ce qu'il est (un prédicateur doué) ni pour son programme (il n'en a pas). 
Il ne devra sa probable victoire qu'au rejet de ses adversaires d'extrême-droite qu'ils s'appellent Marine Le Pen ou Éric Zemmour. La gauche, l'extrême-gauche, les écologistes, les macronistes restés fidèles et les écologistes feront bloc derrière lui pour barrer la route à la "peste brune". Mais ça ne vaut pas adhésion à Macron : il sera élu, s'il est élu, par défaut ! 
Et la haine ne pourra que croître pendant son éventuel et prochain quinquennat. Macron a du talent. Mais son talent est aussi sa principale faiblesse. En 2017, il a eu les Français à l'esbrouffe. En leur promettant du neuf. Il a pris modèle sur le joueur de flûte de Hamelin raconté par Grimm. Avec ses sons mélodieux, ce joueur a entraîné derrière lui les enfants de la ville et on ne les a jamais plus revus. Les Français ne pardonneront pas à Macron de s'être fait avoir alors et de se faire avoir, contraints et forcés une deuxième fois en 2022.  
On a mal pris la mesure du ressentiment accumulé sur la personne de Macron. Il est, tous les sondages l'attestent, perçu comme prétentieux, arrogant, éloigné du peuple. C'est bien à tort que l'on a assimilé le mouvement des Gilets Jaunes comme une révolte contre la taxe carbone : ils luttaient aussi, souvent maladroitement, pour leur dignité. 

À Lire Aussi

Au revoir le « Grand Remplacement », bonjour « Dépossession » …
On aurait également tort de ne voir dans les "convois de la liberté" que des convois de complotistes anti-vax. Là aussi, et de façon confuse, les protestataires estiment combattre pour la liberté. La réponse du gouvernement ("des convois de la honte" selon Clément Beaune) n'a fait que les humilier et attiser leur colère. 
Ce mouvement n'est certes que parcellaire. Mais tout comme celui des Gilets Jaunes il est la partie émergée de l'iceberg. En dessous, il y a une masse explosive de ressentiments qui se manifesteront très vite après le deuxième tour de l'élection présidentielle. Les manants, les gueux, les vilains, surgiront à nouveau sur le devant de la scène. Il est injuste de dire que Macron est un danger pour la démocratie, mais avec lui la démocratie est en danger. 
PS : Si les choses devaient se gâter, le chef de l'État fera surement appel aux conseils du cabinet McKinsey.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Valérie Pécresse : « Dans deux mois je pourrai aller au cinéma » !Notre-Dame de l'Hôtel de Ville n'aime pas Notre-Dame de Paris !

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !