William Shakespeare trouvait-il l'inspiration grâce au cannabis ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
William Shakespeare, fumeur de weed selon une étude sud-africaine.
William Shakespeare, fumeur de weed selon une étude sud-africaine.
©

Un poète stupéfiant

William Shakespeare trouvait-il l'inspiration grâce au cannabis ?

Des chercheurs sud-africains ont analysé des pipes retrouvées dans le jardin du dramaturge. Et elles ne contenaient pas que du tabac.

"Qui veut élever en un instant une flamme puissante commence par l'allumer avec de faibles brins de paille", écrit Shakespearedans "Jules César". Une citation enflammée / enfumée que le célèbre dramaturge anglais a peut-être tiré d'une rêverie vaporeuse due au cannabis.

Selon une étude publiée dans le
South Africain Journal of Science, des traces de marijuana ont été détectées dans des pipes à tabac en terre cuite retrouvées dans le jardin de l'auteur de "Hamlet", à Stratford-upon-Avon, en Angleterre.

Surprenant ? Pas tant que ça. A son époque (1564-1616), "l'utilisation de substances illicites était monnaie courante au sein des populations les plus aisées", indique L'ObsToutefois, impossible de savoir si ces pipes ont été utilisées par Shakespeare himself.

Pour étayer leur thèse, les universitaires s'appuient sur les écrits du poète. 
Dans son "Sonnet 76", le dramaturge fait allusion à des "composés étranges" ("compounds strange") et évoque plus loin une "invention venue d'une certaine herbe" ("invention in a noted weed").

Une autre façon de penser la littérature...

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !