Vous pouvez "adopter" un débris spatial et le faire tweeter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vous pouvez "adopter" un débris spatial et le faire tweeter
©Reuters

Espace

Vous pouvez "adopter" un débris spatial et le faire tweeter

Un projet destiné à sensibiliser au problème des déchets dans l'espace.

Près de 200 millions déchets spatiaux volent au-dessus de nos têtes. Il s'agit de divers objets en métal : anciens satellites, fusées ou capsules spatiales abandonnés en orbite de la Terre. 

Pour sensibiliser le grand public à ce problème, l’équipe du projet artistique Adrift a présenté à Londres sa machine sonore entièrement fabriquée avec des bouts d’objets spatiaux échoués sur Terre.

Outre, Adrift propose d’adopter un des débris spatiaux proposé sur son site et de recevoir un tweet dès qu’il passera au-dessus de notre tête. Trois objets en particulier sont déjà disponibles à l’adoption : Vanguard I, le premier satellite alimenté par le soleil lancé par les États-Unis en 1958 ; SuitSat, une combinaison spatiale russe lancée depuis la Station spatiale internationale en 2006 ; et Fengyun-1C, un satellite chinois intentionnellement détruit par la Chine en 2007.

 

Un problème pour les Terriens comme pour les astronautes

À force d’entrer en collision les uns avec les autres, ces objets se divisent et peuvent mesurer entre un et dix centimètres. Leur nombre augmente de jour en jour. Chaque jour, une dizaine d'entre eux tombe sur la Terre depuis l'espace. D'autres, sont encore susceptibles de tomber sur nos têtes à tout instant. 

Dans l'espace, la Station spatiale internationale en a déjà fait les frais. L’astronaute Tim Peake avait notamment posté une photo d’un impact de 7 mm sur les vitres de la Cupola, le poste d’observation vitré de la Terre dans la Station spatiale internationale, résultat d’un impact d’un objet flottant dans l’espace.

 

 

Lu sur Motherboard

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !