Visée par un assassinat, une femme se rend à ses propres funérailles pour surprendre celui qui voulait sa mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Visée par un assassinat, une femme se rend à ses propres funérailles pour surprendre celui qui voulait sa mort
©DR

Surprise !

Visée par un assassinat, une femme se rend à ses propres funérailles pour surprendre celui qui voulait sa mort

Balenga Kalala pensait sa femme morte et enterrée au Burundi. Elle est revenue se rappeler à lui en Australie.

L'histoire est à peine croyable et digne d'un thriller hollywoodien. Balenga Kalala, un congolais émigré en Australie, a rencontré Noela Rukundo, originaire du Burundi à Melbourne. Pendant 11 ans, ils vivent une belle histoire, ponctuée par la naissance de 3 enfants. En février 2015, la belle-mère de Noela décède et cette dernière se rend donc dans son pays d'origine pour assister aux funérailles. Attristée et repliée dans un hôtel de la capitale, elle reçoit un appel de son mari qui l'incite à prendre "l'air frais." C'est là que le calvaire commence pour elle. Dehors, un homme sort une arme et la fait entrer dans une fourgonnette. Attachée et masquée, elle se retrouve dans un immeuble face à ses geôliers. Ces derniers lui expliquent que Balenga Kalala a réclamé sa mort mais qu'ils n'en feront finalement rien. Deux jours plus tard, elle est déposée sur une route avec un téléphone portable et 7000 dollars australiens, un acompte versé par le  mari aux "assassins."

Grace aux ambassades belges et kenyanes, elle parvient à sortir de ce guêpier. Elle contacte aussi le pasteur de son église à Melbourne, qui doit organiser "ses funérailles," 5 jours après sa disparition. C'est donc à l'arrivée de son mari qu'elle finit par le surprendre. "C'est un fantôme !" hurle-t-il en l'apercevant. Il tentera de la toucher pour vérifier sa réalité. "Surprise ! Je suis toujours vivante" répond-t-elle.

Si les raisons de la tentative d'assassinat ne sont pas claires, le passé de Balenga Kalala montre sa violence. Ancien partisan d'un groupe rebelle congolais, il a lui-même tué son ex-femme et son fils… Il a finalement été condamné à 9 ans de prison.

Lu sur le Washington post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !