Un fantôme photographié par des touristes dans la prison d'Alcatraz | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Un fantôme photographié par des touristes dans la prison d'Alcatraz
©Capture d'écran you tube

Flippant

Un fantôme photographié par des touristes dans la prison d'Alcatraz

Des Britanniques ont fait une découverte stupéfiante lors de leurs vacances à San Francisco en avril dernier.

Alcatraz vit avec ses esprits. Un couple de Britanniques a eu une drôle de surprise lors de sa visite de la prison d’Alcatraz, située sur l'île portant le même nom, juste en face de San Francisco, en avril dernier. Ils pensaient avoir photographié une cellule vide, mais il y a en fait le visage d'une femme qui apparaît sur le cliché, laissant assez d'imagination pour penser à l'apparition d'"fantôme". 
"Quand j’ai regardé la photo sur mon portable, j’ai vu cette figure féminine sombre. J’ai regardé par la fenêtre mais il n’y avait personne dans la salle", raconte Sheila Sillery-Walsh, au Daily Mail. Intriguée, elle a tout de suite montré la photo au personnel de l’établissement qui n’a reconnu aucun salarié du site. "Je suis curieuse de savoir qui elle pourrait être. Peut-être était-ce une femme qui visitait un prévenu et qui continue de venir ? J’aimerais savoir pourquoi elle se montre sur ma photo", poursuit la touriste britannique, persuadé qu'il s'agit d'un esprit vivant dans les lieux. 
Même son de cloche pour Paul Rice, son compagnon. "Les cheveux et la tenue de la femme sont d’une autre époque. On dirait qu’elle sort des années 30 ou 40. Je n’ai aucune explication logique pour expliquer la présence de cette femme sur la photo. Je suis perplexe. D’autant qu’elle regarde droit vers l’appareil photo". Une histoire étonnante qui relance une vraie question qui mérite débat : les fantômes existent-ils ? 
Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !