Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Beurre
©Flickr

Cuisine

Pourquoi le beurre canadien est-il devenu trop dur et difficile à étaler ?

Les gastronomes mettent en cause l'adjonction de substances issues de l'huile de palme dans l'alimentation des vaches

Beaucoup de Canadiens se plaignant que leur beurre ne ramollit pas à température ambiante. Le "Buttergate" (butter = beurre en anglais) a commencé à se répandre quand Julie Van Rosendaal, l'auteure canadienne de livres de cuisine a lancé sur son compte Twitter à propos du beurre "Avez-vous remarqué qu'il n'était plus mou à température ambiante ?" raconte la BBC.

Des centaines de cuisiniers amateurs ont répondu qu'ils faisaient face à des problèmes similaires avec leur beurre.

Les experts en alimentation ont trouvé un coupable probable : le fait de mélanger de la graisse de palme dans les aliments pour vaches. 

La pandémie a incité un plus grand nombre de Canadiens à rester chez eux, la demande de beurre a donc augmenté de plus de 12% en 2020, selon les Producteurs laitiers du Canada.

Depuis des centaines d'agriculteurs à travers le pays ont augmenté  l'apport de substances issues de l'huile de palme pour nourrir leurs vaches et tenter d'augmenter leur production de beurre.

Sylvain Charlebois, directeur principal du laboratoire d'analyse agroalimentaire de l'Université Dalhousie, note que la graisse de palme est un ingrédient légal dans l'alimentation des vaches laitières, mais les recherches montrent que l'huile de palme peut augmenter le risque de maladie cardiaque chez les humains, sans oublier que sa production nuit également à l'environnement,

Le lobby laitier canadien répond que les agriculteurs d'autres pays, comme le Royaume-Uni et les États-Unis, utilisent également des suppléments issus de l'huile de palme.

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !