Lego décide de supprimer les stéréotypes de genre de ses jouets | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Un personnage LEGO dans le restaurant familial BRICKS à l'intérieur de l'hôtel LEGOLAND New York lors de son inauguration au LEGOLAND Resort, le 06 août 2021 à Goshen, New York.
Un personnage LEGO dans le restaurant familial BRICKS à l'intérieur de l'hôtel LEGOLAND New York lors de son inauguration au LEGOLAND Resort, le 06 août 2021 à Goshen, New York.
©MICHAEL LOCCISANO / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / GETTY IMAGES VIA AFP

Valse des emballages

Lego décide de supprimer les stéréotypes de genre de ses jouets

Le premier fabricant de jouets au monde n’étiquettera plus aucun produit avec la mention « pour fille » ou « pour garçon ».

Lego vient d’annoncer qu’il allait supprimer les stéréotypes sexistes de ses collections, selon des informations de The Telegraph. Lego n’étiquettera plus aucun de ses jouets avec les mentions « pour fille » ou « pour garçon ». Les consommateurs ne pourront pas non plus chercher de produits par sexe sur le site de la marque. Les jouets seront dorénavants classés par thèmes appelés « éléments de passion ».

Ce choix marketing et idéologique a été acté suite à la publication d’une étude, commandée par la marque et réalisée auprès de 7.000 parents et enfants âgés de 6 à 14 ans, vivant en Chine, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

L’étude a été commandée par LEGO et menée par le Geena Davis Institute on Gender in Media auprès de 7000 personnes à travers le monde.

D’après les résultats de cette étude, 71% des garçons auraient peur qu’on se moque d’eux s’ils s’amusaient avec des jouets « pour les filles ». Les parents encourageraient également cinq fois plus leurs filles à danser ou à se déguiser que leurs garçons.

La marque a donc pris l’engagement de « retirer tous les biais genrés de ses produits ».

The Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !