Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La baguette, bientôt classée au patrimoine de l'Unesco ?
©ALAIN JOCARD / AFP

Art de vivre à la française

La baguette, bientôt au patrimoine de l'Unesco ?

Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, vient d'annoncer la candidature de la baguette à l'inscription à l'Unesco.

La baguette entrera-t-elle bientôt au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco ? Possible ! Elle sera en effet la candidate de la France à ce prochain classement. Elle s'est imposée en pré-selection face aux toits de zinc de Paris et à une fête vinicole en Arbois, a annoncé Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, au Parisien.

"La baguette, c'est un élément vivant de notre patrimoine! Vivant mais fragile parce qu'il repose sur le savoir-faire exceptionnel des artisans, et leur engagement dans ce si beau mais si exigeant travail. La baguette, c'est un produit noble et faussement simple, il faut des années, à partir de quelques ingrédients, pour trouver sa signature… sa patte! Ce produit nous réunit et c'est à ce titre que je l'ai choisi", explique la ministre de la Culture. 

"Si cette candidature nationale était couronnée de succès devant l’Unesco, l’inscription de cet élément permettra de faire prendre conscience qu’une pratique alimentaire faisant partie du quotidien, partagée par le plus grand nombre et allant de soi, constitue un patrimoine à part entière", a-t-elle également écrit dans un communiqué.

Après le dépôt de ce dossier, la décision appartiendra à l'Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture qui ne se prononcera pas avant l'automne 2022. Près d’une centaine de dossiers dans le monde obtiennent chaque année le label de l’inscription au patrimoine des biens immatériels. 

À Lire Aussi

L’UNESCO a décidé d’honorer le couscous : nous en sommes très fiers car le couscous c’est la France

Pourquoi la baguette l'a-t-elle emporté ? Le ministère de la Culture explique au Parisien que si "les experts penchaient plutôt pour le savoir-faire des couvreurs-zingueurs", l'art de restaurer les toits en zinc souffrait d'un défaut majeur : celui d'être "trop parisien".

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !