Etats-Unis : ce chauffeur Uber a gagné près de 90 000 dollars en 6 mois, en ne conduisant presque pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Joseph Ziyaee a convaincu plus de 200 personnes de travailler pour Uber dans différentes villes, et a touché une commission pour chaque nouveau chauffeur.
Joseph Ziyaee a convaincu plus de 200 personnes de travailler pour Uber dans différentes villes, et a touché une commission pour chaque nouveau chauffeur.
©Reuters

Lucratif

Etats-Unis : ce chauffeur Uber a gagné près de 90 000 dollars en 6 mois, en ne conduisant presque pas

Celui qui est désormais surnommé "le roi d'Uber" s'est appuyé sur des réseaux sociaux tels que Snapchat pour solliciter les utilisateurs intéressés, avant de les rencontrer directement pour les inciter à devenir chauffeurs occasionnels.

Le site Business Insider racontait la semaine dernière l'histoire d'un chauffeur américain de la société de VTC Uber, qui prétend avoir gagné 90 000 dollars en seulement six mois, soit environ 15 000 dollars par mois, grâce à un système de parrainage. 

N'importe quel chauffeur présent sur cette plateforme peut ainsi proposer à ses proches de conduire à leur tour des passagers, et la société Uber leur attribue même un bonus pour encourager cette pratique.

Celui qui est désormais surnommé "le roi d'Uber" s'est appuyé sur des réseaux sociaux tels que Snapchat pour solliciter les utilisateurs intéressés, avant de les rencontrer directement. En nouant ainsi des liens avec ces futurs chauffeurs, Joseph Ziyaee a pu les présenter comme des "proches", tel que l'exige Uber.

Après avoir convaincu plus de 200 personnes dans différentes villes de travailler pour Uber, en touchant à chaque fois une commission, ce chauffeur débrouillard s'est donc constitué une source de revenus très florissante.

Mais selon Grégoire Kopp d'Uber France, cité par BFM Business, une telle manœuvre serait infaisable dans l'hexagone. "Ce serait très difficile. Aux Etats-Unis, UberPop ( les chauffeurs occasionnels) est autorisé donc il y a bien plus de chauffeurs qu'en France. Sans parler de la législation française actuelle qui bloque l'accès à cette activité."

 

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !