Des chercheurs ont réussi à extraire l'ADN de deux victimes de l'éruption volcanique qui a enseveli Pompéi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Dr Serena Viva
Dr Serena Viva
©Dr Serena Viva

Science

Des chercheurs ont réussi à extraire l'ADN de deux victimes de l'éruption volcanique qui a enseveli Pompéi

L'homme avait la trentaine et il était atteint par la tuberculose

Des chercheurs étudiant des restes humains de Pompéi ont extrait des secrets génétiques des os d'un homme et d'une femme qui sont morts lorsque la ville romaine a été engloutie dans les cendres volcaniques en 79 après Jésus Christ explique la BBC.

Les deux personnes ont été découvertes pour la première fois en 1933, dans ce que les archéologues de Pompéi ont appelé la Casa del Fabbro, ou la maison de l'artisan.

Ils étaient affalés dans le coin de la salle à manger, presque comme s'ils étaient en train de déjeuner lorsque l'éruption s'est produite - le 24 août 79 après JC. 

Selon l'anthropologue Dr Serena Viva de l'Université du Salento, les deux victimes étudiées par les chercheurs ne tentaient pas de s'échapper. On le sait par la position de leurs corps. 

L'étude génétique a révélé que le squelette de l'homme contenait de l'ADN de bactéries responsables de la tuberculose, suggérant qu'il aurait pu avoir la maladie avant sa mort. Et un fragment d'os à la base de son crâne contenait suffisamment d'ADN intact pour déterminer tout son code génétique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !