D-Day : à 89 ans, cet ancien para saute à nouveau en parachute 70 ans après le débarquement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Jock Hutton a serré la main du prince Albert à sa descente
Jock Hutton a serré la main du prince Albert à sa descente
©Reuters

Mémoire

D-Day : à 89 ans, cet ancien para saute à nouveau en parachute 70 ans après le débarquement

Le vétéran et son accompagnateur ont touché le sol juste devant le prince Charles, qui a attendu que l’ancien parachutiste reprenne son souffle pour lui serrer la main.

Symboliquement, Jock Hutton a atterri dans le même champ, qui l’avait déjà réceptionné avec le 13e bataillon parachutiste, alors qu’il faisait partie de la première vague de troupes alliées à sauter sur le territoire français avant l’aube du 6 juin 1944. Jock Hutton a sauté en tandem. Harnaché à un membre des "Red Devils", les parachutistes britanniques d’élite, il a aussi sauté de dix fois plus haut - 1.600 mètres - que lors du saut du D-Day.

Jock Hutton a sauté en ouverture d’une démonstration de saut à laquelle participaient près de 300 paras britanniques, américains, français et canadiens. Les corolles de leurs parachutes ont envahi le ciel bleu au-dessus de Ranville, le premier village libéré de France continentale, dans des conditions météo optimales, bien loin de celles du D-Day. En 1944, "il faisait très noir, nous ne voyions pas où nous allions", a raconté Jock Hutton devant la presse. "Il pleuvait un peu et la lune est apparue entre les nuages, c’était une sorte de bienvenue en France".

Ce soldat aguerri, qui après la guerre a servi encore pendant 40 ans dans les commandos de Rhodésie (ancien nom du Zimbabwe avant son indépendance en 1979), a catégoriquement démenti avoir eu peur. "De toute ma vie, je n’ai jamais eu peur. Je suis un petit Ecossais teigneux", a-t-il conclut.

 

Sudinfo.be

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !