Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV / DR
Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, s'est exprimé sur la panne des numéros d'urgence et du réseau Orange lors de la journée du mercredi 2 juin.

Lignes saturées

Gérald Darmanin: « Il n'y a pas eu d'interruption des numéros d'urgence mais une grande dégradation des services »

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, s'est exprimé sur la panne des numéros d'urgence lors de la journée du mercredi 2 juin.

Ce jeudi matin, les services d'urgence sont de nouveau accessibles par téléphone après une panne majeure d'environ 12 heures. La police, le SAMU et les pompiers étaient quasiment injoignables depuis mercredi, vers 16h45. Des numéros fixes alternatifs avaient été mis en place afin de garantir un accès aux Français en détresse. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, s'est exprimé, ce jeudi matin, sur cette panne. Il a déploré des « dysfonctionnements graves et inacceptables » :

« Il n'y a pas eu d'interruption des numéros d'urgence mais une grande dégradation des services ».

Selon le ministre de l’Intérieur, le 15, le 17 et le 18 représentent au total « plus de 150.000 appels par jour ».

Au cours des dysfonctionnements, il y a eu « trois incidents graves à déplorer », d’après les précisions de Gérald Darmanin. Une personne ayant une « maladie cardiovasculaire serait décédée » dans le Morbihan, faute d'avoir « pu joindre les services de secours à temps. […] Deux autres accidents cardiovasculaires ont eu lieu à la Réunion ».

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a d’ailleurs été convoqué suite à cet incident.

Un problème de maintenance et une panne du réseau Orange seraient à l’origine de cette crise. Le réseau téléphonique est rétabli depuis minuit, selon l'opérateur. Il est toutefois possible que certaines perturbations soient observées de façon « marginale » et « aléatoire ».

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !