Coordination nationale étudiante : "On a décidé de ne pas se dissocier de ce que vous appelez les casseurs" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Tous ensemble

Coordination nationale étudiante : "On a décidé de ne pas se dissocier de ce que vous appelez les casseurs"

"Il n'y a pas de 'eux' et 'nous', c'est nous tous ensemble, c'est nous tous face à un gouvernement qui nous réprime", a déclaré à iTélé Aissatou Dabo, porte-parole de la coordination nationale étudiante, après les violences qui ont émaillé la mobilisation contre la loi travail.

Les opposants à la loi travail ont organisé une nouvelle journée de mobilisation, ce samedi. Plus de 200 défilés étaient organisés en France, à l'appel de l'intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL, Fidl).

Dans plusieurs villes, des incidents ont éclatés entre casseurs, manifestants et forces de l'ordre. Samedi en fin d'après-midi, des heurts opposaient des manifestants contre des CRS sur la place de la Nation, où le défilé parti de République était censé se disperser. Plus tôt dans l'après-midi, un policier avait été blessé à Paris.

Interrogée sur iTélé en marge de ces heurts, Aissatou Dabo, porte-parole de la coordination nationale étudiante, a refusé de les condamner. "Cette violence pour nous ne vient que d'un seul côté", a-t-elle déclaré. Selon elle, "les jeunes qui sont en train de lancer des pierres sur les policiers, il faut penser aussi que ça ne les atteint pas vraiment. Mais quand ils lancent des bombes lacrymogènes ou leurs flash-ball sur nous, ça, c'est ce qui nous touche le plus. Il faut voir la violence entre les deux."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !