Chili : il y a 40 ans, Pinochet renversait Allende et prenait le pouvoir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire

Jour pour jour

Chili : il y a 40 ans, Pinochet renversait Allende et prenait le pouvoir

A la suite d'un coup d'Etat militaire, le général Augusto Pinochet a pris le pouvoir au Chili le 11 septembre 1973, éjectant le président Salvador Allende. Retour sur une date historique.

1973 : Salvador Allende, élu président du Chili en 1970, voit les nuages noirs s'accumuler au-dessus de lui et de son pays. A l'inflation, galopante (souvent à trois chiffres), s'ajoutent de nombreuses pénuries et autres grèves rendant la situation intérieure explosive. On ne l'apprendra que plus tard mais celle-ci, à l'initiative des opposants du président, était encouragée par les Etats-Unis, ennemi farouche d'Allende - même si leur responsabilité sur le coup d'Etat de Pinochet à proprement parler n'a jamais été démontrée. "Je ne vois pas pourquoi nous resterions là sans bouger à contempler un pays sombrer dans le communisme, du fait de l'irresponsabilité de son peuple" avait notamment prophétisé en 1970 le secrétaire d'État Henri Kissinger.

Le président élu est ainsi dans une situation critique, car l'opposition de droite a bien l'intention d'obtenir son départ. Les événements s'enchaînent le 11 septembre 1973 : sur les coups de neuf heures du matin, le palais présidentiel est assiégé par les troupes du général Augusto Pinochet. Durant ce putsch, Salvador Allende s'adresse une dernière fois à ses concitoyens à la radio en annonçant vouloir se battre jusqu'à la mort : cette dernière viendra cinq heures plus tard, le président étant retrouvé mort vers 14 heures. La version officielle, confirmée par la famille et par une nouvelle enquête qui a abouti en 2011, accrédite l'hypothèse d'un suicide au milieu du bombardement avec une rafale d'AK-47 sous son menton.

Cette prise de pouvoir est à la fois saluée par l'opposition de droite et par les Etats-Unis : c'est pourtant le début de dix-sept années d'une dictature militaire rude, puisqu'au bout de seulement deux jours le général dissout les partis politiques - même ceux qui lui ont été favorables. Selon la commission "Vérité et réconciliation" de 1991, 2 279 personnes sont mortes ou ont été portées disparues durant cette période, et plus de 27 000 autres torturées.

Retour sur les principales phases de ce coup d'Etat historique avec les archives de l'Ina.

Vu sur l'INA

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !