Sarkozy / Hollande : le match des crédibilités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les deux candidats à la présidentielle se partagent les crédibilités.
Les deux candidats à la présidentielle se partagent les crédibilités.
©Reuters

« Politico Scanner »

Sarkozy / Hollande : le match des crédibilités

François Hollande reste en tête des intentions de vote au premier tour. Malgré cela, les électeurs pensent que Nicolas Sarkozy serait le meilleur candidat pour lutter contre l'immigration clandestine ou pour s'imposer sur la scène internationale. Le candidat socialiste en revanche, se démarque sur les thèmes sociaux.

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier est député de Loir-et-Cher et vice-président délégué des Républicains. Il a été professeur d'histoire-géographie, chef d'entreprise et porte-parole de Nicolas Sarkozy.

Voir la bio »

Ipsos réalisait début décembre la 2e vague de son enquête auprès de 5 415 Français inscrits sur les listes électorales. Une longue étude qui fait suite à une première vague datant de novembre 2011, commandée par Le Monde, Science Po, Cevipof, Fondapol et la fondation Jean Jaurès. Au programme, crédibilité comparée et image détaillée des 6 premiers candidats…

Les intentions de vote de ce sondage au premier tour consacrent François Hollande en tête avec 32% (-3 points par rapport à la précédente vague), Nicolas Sarkozy à 25,5% en hausse de 1,5 points depuis novembre, Marine Le Pen en troisième place avec 17% (-2 points en un mois), et un François Bayrou en quatrième homme, avec 7% d’intentions de vote au premier tour, (+1,5 points).

Dans cette deuxième vague, Ipsos s’est livré à un décryptage de la mécanique des flux des électeurs : d’un côté le candidat socialiste qui voit 2 points parmi ses électeurs aller vers d’autres candidats : Jean-Luc Mélenchon (1 point), François Bayrou (0,5) et Nicolas Sarkozy (0,5) et une perte d’un point liée à la une baisse de mobilisation chez ses soutiens. Quant au chef de l’Etat, il grappille des électeurs chez François Hollande et Marine Le Pen pour un demi point mais progresse surtout, à l’inverse de François Hollande, davantage en mobilisation qu’en transferts à son profit comme le souligne Ipsos. Il mobilise mieux son camp et ceux qui se disent sûrs de voter en sa faveur.

Autre volet de l’enquête, la crédibilité comparée de François Hollande et Nicolas Sarkozy. Sur 16 items choisis, soit 8 de plus par rapport à la vague n°1, le président de la République sortant obtient une nette avance sur son rival sur 7. Sur deux items, l’opinion est très partagée, tandis que François Hollande prend l’avantage sur 7 autres items. On peut regrouper en 3 séries les items testés.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les points forts de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, perçu par 71% des Français comme le plus capable de lutter contre l’immigration clandestine, s’impose aussi sur la scène diplomatique, considéré par 64% des Français comme le plus capable de faire face à une crise diplomatique et militaire internationale (+4 pts depuis novembre). Nicolas Sarkozy renvoie l’image d’un président capable de prendre des décisions difficiles (62%) et de diminuer l’insécurité pour 58% des personnes interrogées (+4 pts en un mois). Enfin, conséquence du discours de Toulon ou des derniers rendez-vous européens, 54% des Français (+3 pts), considèrent Nicolas Sarkozy comme le plus capable de mieux faire fonctionner l’Europe, tandis que 53% (+3 pts) voient en lui le plus chevronné pour faire face à la crise économique et financière actuelle… Une compétence indispensable pour l’avenir économique de la France et de l’Europe. Dans les domaines régaliens et qui touchent à l’incarnation de la fonction présidentielle, les Français tranchent nettement en faveur du chef de l’Etat.

Les crédibilités partagées

La capacité à réduire les déficits publics ou à protéger les Français des conséquences de la crise économique sont deux thèmes qui offrent, d’une légère avance, l’avantage à François Hollande. Le candidat socialiste est ici considéré comme le plus capable dans ces domaines pour respectivement 51% et 52% des Français interrogés. Mais reste à noter qu’en matière de capacité à protéger les Français des conséquences de la crise économique, François Hollande perd 3 points en un mois tandis que Nicolas Sarkozy les gagne.

Les atouts de François Hollande

Essentiellement sur les nouveaux items testés par l’institut dans le cadre de sa deuxième vague, le candidat socialiste se démarque du chef de l’Etat. 77% des personnes interrogées estiment qu’il est plus capable de réduire les inégalités, 70% qu’il serait le plus capable d’améliorer le système éducatif, 68% d’améliorer le pouvoir d’achat des Français, 67% de mener une politique fiscale juste et efficace, 66% d’améliorer le système de fonctionnement du système de santé, 62% de réduire le chômage ou de garantir l’avenir des retraites. Les items sur lesquels François Hollande prend l’avantage par rapport à Nicolas Sarkozy appartiennent au logiciel idéologique et historique de la gauche, liés essentiellement au domaine social.

En somme, chacun des finalistes présumés joue à domicile dans son domaine de prédilection. A l’opposition et à la gauche les thématiques de justice sociale, au chef de l’Etat les domaines du régalien et de la fonction présidentielle. Finalement, ce qu’on peut retenir de ces crédibilités comparées, ce sont les tendances : et sur les huit items testés dans la première vague de ce baromètre, Nicolas Sarkozy progresse tandis que le candidat socialiste baisse. De plus 4 points (faire face à une crise diplomatique et militaire, diminuer l’insécurité) à plus 1 point (réduire les inégalités sociales.) Si François Hollande est toujours en tête dans les intentions de vote au premier comme au second tour, la confiance semble, à la veille de la trêve des confiseurs, avoir changé de camp. Preuve que plus François Hollande est candidat, moins il est président ? Réponse à la rentrée….

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !