Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Nicolas Sarkozy a accordé un entretien au Point, Valeurs Actuelles s'interroge sur le rôle de l'armée après la tribune des généraux et Marianne revient sur les 40 trahisons de la gauche depuis mai 1981.
Nicolas Sarkozy a accordé un entretien au Point, Valeurs Actuelles s'interroge sur le rôle de l'armée après la tribune des généraux et Marianne revient sur les 40 trahisons de la gauche depuis mai 1981.
©

Revue de presse des hebdos

Richard Ferrand, l’homme dont même Macron a peur, Damien Rieu, celui qui pèse sur le RN; La CIA voit de noirs nuages planer sur notre avenir; Marianne recense les 40 trahisons de la gauche depuis 1981; Sarkozy revient sur l'attitude de la France au Rwanda

Et aussi : Régionales, les ministres candidats sans espoir.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Nicolas Sarkozy revient sur l'attitude de la France au Rwanda à la Une du Point. L'Obs célèbre l'anniiversaire de l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand le 10 mai 1981. L'Express nettement plus cruel titre sur "La gauche la plus riquiqui du monde" entre mai 1981 et mai 2021 et sur Bernard Cazeneuve qui appelle à combattre Jean-Luc Mélenchon. Même tonalité pour Marianne : "40 ans, les 40 trahisons de la gauche". Après la tribune signée par certains généraux, Valeurs Actuelles s'interroge : "L'armée peut-elle sauver la France ?".

La langue de bois de Mélenchon

Un seul tweet sur l’attentat terroriste de Rambouillet, mais 29 sur la tribune des généraux en retraite A propos de Rambouillet, Le Point revient sur le message de Mélenchon Mélenchon parle de "meurtre" ce n'est donc pas un attentat islamiste à ses yeux. Il présente ses condoléances "aux proches de la victime". Le mot "victime permet d'éviter de dire qu'elle est policière.

Macron ménage l'influent Richard Ferrand 

« Si les élections régionales et départementales ont été décalées d’une semaine, c’est parce qu’il ne fallait pas humilier Richard Ferrand », selon un élu breton cité par Le Point. Le président de l’Assemblée nationale, plaidait pour leur report en octobre. Macron ne l'a pas écouté, mais les dates de ces scrutins ont néanmoins été repoussées aux 20 et 27 juin. « C’est lui qui commande en macronie. Même Macron en a peur. Il est là depuis le début, il sait tellement de choses… » poursuit le même.

L'abstention inquiète LREM et LR

Chez LREM et LR, on craint que l’abstention ne profite à Marine Le Pen. Pour mobiliser ses électeurs, le parti présidentiel compte entamer une « grande marche nouvelle version » et une campagne sur les réseaux sociaux. « Il y a une soif de nihilisme vertigineuse dans la société » frémit un parlementaire LR, cité par Le Point. Cet élu déplore « les ravages d’une France qui se gave d’Éric Zemmour tous les soirs à la télé ».

Les mauvaises fréquentations du Printemps marseillais

Sophie Camard, maire des 1 er et 7 e arrondissements de Marseille, dirige un groupe d’élus issus du Printemps marseillais à la métropole Elle a embauché Hassan Guenfici, 35 ans, comme collaborateur note Le Point. En 2012, Guenfici était le suppléant du candidat complotiste et antisémite Salim Laïbi : soutenu par Dieudonné et Alain Soral tous deux condamnés à de multiples reprises pour incitation à la haine.

Dupond-Moretti et le commando qui a tué le préfet Erignac

"Avocat, le pénaliste avait défendu Yvan Colonna, assassin du préfet Erignac. Ministre de la Justice, il a voulu assouplir les conditions de détention des deux autres membres du commando. Et provoqué une crise au sommet de l’État." révèle l'Obs, en détail (3 pages).
 Le 17 décembre 2020, , le Premier ministre publie en urgence un décret pour dessaisir le garde des Sceaux du dossier Ferrandi-Alessandri, évoquant un conflit d’intérêts. Le texte stipule qu’Éric Dupond-Moretti ne peut pas se prononcer sur les « conditions d’exécution des peines et du régime pénitentiaire de personnes condamnées qui ont été, directement ou indirectement, impliquées dans les affaires dont il a eu à connaître en sa qualité d’avocat ».

Régionales : les ministres candidats sans espoir

L'Express se penche (2 pages) sur le calvaire de certains macronistes : "Hésitations, jalousie, reculades... La dure vie des ministres candidats aux régionales. Une dizaine de membres du gouvernement - pas les plus connus - tentent leurs chances aux élections locales. Le résultat de longs mois de tractations et de tergiversations."

Le casting est un festival d'injonctions contradictoires analyse l'Express : "aligner des têtes d'affiche sans trop nationaliser le scrutin ; faire campagne sans donner l'impression d'une démobilisation face au Covid ; prendre le risque de s'exposer en sachant que les espoirs de conquête sont faibles. "On ne va gagner aucune région, il faut être lucide, mais au moins on aura des conseillers régionaux..." glisse un ministre proche d'Emmanuel Macron".

L'influenceur de la fachosphère

Jusqu’ici dans l’ombre, Damien Rieu le cofondateur de Génération identitaire, que l'Obs a rencontré (4 pages) est très influent dans la fachosphère, cette communauté numérique de l’extrême droite ultra-active sur les réseaux sociaux. "Au RN, tout le monde suit les conseils du cofondateur de Génération identitaire, groupuscule d’extrême droite dissous par Gérald Darmanin en mars."
Stanislas Guerini, le patron de LREM, le parti présidentiel, est suivi par 56 000 personnes sur Twitter, Damien Rieu, lui, en a près du double. Et Rieu est désormais candidat RN aux départementales

Anne Hidalgo aurait voulu se passer d'Audrey Pulvar

Face au risque de fiasco lors des régionales en Île-de-France, Anne Hidalgo envisagé de débrancher – sans la prévenir – Audrey Pulvar, la tête de liste PS. Selon Le Point la maire de Paris était favorable à une candidature d’union PS et EELV. C'est raté, la gauche est donc toujours divisée en trois listes.

LREM espère toujours une alliance en Ile-de-France

Inspiré par l'exemple (pourtant chaotique) de la région PACA, la majorité présidentielle, continue à rêver d’un rapprochement avec l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy : « Nous ne sommes pas en frontal avec Valérie Pécresse », rappelle un membre du gouvernement qui n’exclut pas que des « marcheurs » intègrent la liste de droite durant l’entre-deux-tours selon l'Obs.

Ceci malgré le refus affiché de la favorite, Valérie Pécresse, et celui du député LREM  Laurent Saint-Martin qui plafonne à 11 % d’intentions de vote.

Quel serait le président idéal ?

"Une figure nouvelle, plutôt écolo et ayant été à la fois maire et cadre dirigeant dans le privé: tel est le profil du président de la République idéal dessiné par les Français" selon l'Obs qui cite un sondage Harris Interactive réalisé pour l’agence de communication Faubourg, chargée de plusieurs campagnes EELV.

Et près de deux Français sur trois préféreraient que l’heureux élu soit "un nouveau venu dans le paysage politique tout en ayant été si possible maire d’une ville".

La vengeance du black bloc contre la CGT

Le black bloc qui a agressé les militants de la CGT (21 blessés) le 1er mai à Paris, place de la Nation voulait « Se venger de précédentes bastons avec le service d’ordre cégétiste », selon l’un de ces extrémistes, cité par l'Obs.  Ils avaient  été expulsés à plusieurs reprises de précédentes manifestations par les gros bras de la CGT. 

Mais "vieillissants, les balèzes de la CGT sont dépassés en nombre et en vigueur par de jeunes combattants de rue. Et le phénomène du black bloc inquiète la Préfecture de Police, qui estime à 500 le nombre de militants adeptes de la violence".

Deux enfants de Mitterrand parlent de lui

Mazarine Pingeot et Gilbert Mitterrand parlent de leur père dans l'Obs (7 pages).

Les fils du président, Jean-Christophe et Gilbert, ne savaient pas qu’ils avaient une demi-sœur. « Je ne connaissais pas l’existence de Mazarine. Je connaissais cette rumeur occasionnelle, mais je ne cherchais pas à creuser, avoue Gilbert Mitterrand. Maman savait, mais ne nous en avait jamais parlé, à Christophe et moi. » Leur père non plus, évidemment. Les fils ne cherchent pas à savoir. 

Mazarine Mitterrand Pingeot  explique qu'un père président signifie une vie chamboulée. La fillette et sa mère doivent déménager, pour des raisons de sécurité, dans un appartement de fonction. L’enfant grandit avec des officiers de sécurité, comprenant ainsi qu’elle peut être en danger. « Il y a une sorte de cercle vicieux qui se met en place et vous êtes coincée : vous n’avez plus le choix et donc vous devenez le propre artisan de votre prison et du secret », avoue.

Aucun de ses enfants ne sait que Mitterrand est malade. Mais « la suspicion d’un problème médical naît dès l’été 1981 », se souvient Gilbert Mitterrand. Son père doit faire des examens médicaux, il joue moins au tennis cet été-là. François Mitterrand apprend à l’automne qu’il est atteint d’un cancer, mais il ne dit rien à ses enfants.

. « On a su qu’il avait un cancer en 1987.» dit Gilbert. Mazarine, elle, le découvre en 1992. Partie en voyage au Mexique avec son petit copain, la jeune fille appelle sa mère pour lui donner des nouvelles. Anne Pingeot lui révèle que son père vient de se faire opérer.

L'autre secret sera révélé plus tard. Les fils Mitterrand, eux, ont découvert qu'ils avaient une demi-soeur dans Paris Match, le 10 novembre 1994.

Jacques Delors et Jack Lang face à Mitterrand

On peut lire aussi un revenant, Jacques Delors, qui explique (3 pages) que "Mitterrand a été un grand président" dont il fut le ministre des Finances.

Tandis que Jack Lang évoque dans une longue interview (5 pages) son passage au ministère de la Culture sous Mitterrand, alors que trois livres reviennent sur la politique culturelle des "Années Lang".

Les 40 trahisons de la gauche

"Le 10 mai. Pas la peine de préciser l’année tant ce jour marque encore les esprits et charrie avec lui les espoirs d’un autre temps. Celui d’une gauche capable de “changer la vie”. Quarante ans après l’élection de Mitterrand, combien d’aspirations sociales et de promesses républicaines ont-elles été abandonnées ?" Une quarantaine, selon Marianne (12 pages). On y trouve pêle-mêle : le dépeçage d'Alsthom, la signature de l'accord économique de libre-échange Ceta entre le Canada et l'Union Européenne en 2016, la privatisation de France Telecom en 1987, la manifestation contre l'islamophobie en novembre 2019 avec Jean-Luc Mélenchon, Lionel Jospin qui cède aux collégiennes voilées à Creil en 1989.

Le parti socialiste n'a pas su se réinventer

Dans une rue de Pantin, à deux pas de Paris, un farceur a tagué une inscription sur une permanence du PS : "Non essentiel" un détail qui résume bien l'analyse de l'Express (5 pages) sur l'état de la gauche.

Bernard Cazeneuve flingue la gauche et Mélenchon

Dans une interview (3 pages dans l'Express) de Bernard Cazeneuve qui porte un regard cruel : " Ce ne sont pas les institutions de la Ve qui ont rétréci la gauche. Bien au contraire, elles lui ont permis de gouverner longtemps et d'engager de grandes réformes. Lorsque j'entends des responsables politiques expliquer que nos institutions sont à bout de souffle, je comprends surtout qu'ils se défaussent sur ces dernières, vieux réflexe français, des faiblesses imputables à la médiocrité de certains apparatchiks."

Au passage, Cazeneuve s'en prend aussi, sévèrement, au patron de La France Insoumise : " Jean-Luc Mélenchon doit être combattu. Je ne suis pas de ceux qui considèrent que l'union de la gauche doit se faire dans l'ambiguïté. La gauche humaniste, républicaine, universaliste ne peut pas gouverner avec la gauche de la radicalité et de la complaisance à l'égard de certaines formes de violence". 

Sarkozy revient sur le génocide du Rwanda et la francophonie

"Ce qui s’est passé au Rwanda d’avril à juillet 1994 est le dernier génocide du XXe siècle. Appelons les choses par leur nom !" Nicolas Sarkozy parle clairement (10 pages) dans les colonnes du Point en ajoutant que la France n'a jamais été complice de ce drame.

"Sur la responsabilité de la France, le rapport de la commission Duclert parvient au même constat que celui que j’avais énoncé lors de ma visite à Kigali il y a onze ans. J’ai toujours considéré que la France n’avait pas été complice de cette monstruosité. Ce que confirme le rapport Duclert, mais aussi le rapport Muse, commandé par les Rwandais à un cabinet d’avocats américains, et qui exclut également la thèse de la complicité." 

A propos de la polémique sur Napoléon, Sarkozy  estime que "Ces débats sont très outranciers. (...). Cette haine de soi, qui est l’apanage d’une repentance systématique, fait beaucoup de mal à notre pays". 

Par ailleurs, l'ancien président de la République salue la croissance de la francophonie : "Aujourd’hui, c’est 300 millions de personnes dans le monde – contre 200 il y a à peine plus de dix ans. Jamais autant d’êtres humains ne se sont exprimés en français, grâce justement au dynamisme des pays africains. La francophonie n’est pas une vieillerie dépassée. Au contraire, elle est profondément moderne ; et encore plus nécessaire à l’heure de la mondialisation." 

Bernard Arnault aime les médias

Bernard Arnault n'aime pas que le luxe, il aime aussi les médias note Le Point. Le PDG de LVMH a sorti 8 millions d’euros pour prendre 40 % du capital du groupe Challenges, qui comprend, entre autres, les magazines Challenges et Historia. Groupe qui devrait perdre 2,5 millions d’euros cette année.  Arnault possède déjà dans son portefeuille les quotidiens Les Échos et Le Parisien/Aujourd'hui en France, Radio Classique, et les magazines Investir et Connaissance des arts.

Le directeur de PSA Fiat Chrysler contre les lobbys anti-automobile

Stellantis, né en janvier, r PSA, Fiat, et Chrysler, soit au total 14 marques. Le 6e constructeur mondial est un géant avec 300.000 employés, et 134 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Son directeur général Carlos Tavares (Portugais, il a fait ses études en France avant de passer 32 ans chez Renault) dénonce dans Le Point (5 pages) les lobbys anti-automobile, qui selon lui, "sont beaucoup plus puissants" que ceux qui sont en faveur de l’automobile. 

A ses yeux : "La question de fond, c’est celle de la liberté individuelle de mouvement. La société d’aujourd’hui, celle du XXIe siècle, veut-elle la promouvoir et la protéger ? Ou ferons-nous collectivement le choix de la liberté de mouvement, mais en transports publics ?" 

Côté emploi Tavares souligne la relocalisation de certaines productions : " Les moteurs électriques que PSA va fabriquer à Trémery étaient auparavant importés de Chine et du Japon. Les batteries qui seront fabriquées à Douvrin provenaient jusqu’ici de Chine. Les boîtes automatiques électrifiées que nous allons produire à Metz venaient du Japon et de Chine." 

La maladie de Lyme : réalité ou imposture

Le professeur Éric Caumes, que l'on voit souvent parler du coronavirus, publie un livre consacré à la maladie de Lyme pour démêler le vrai du faux : interview dans l'Express (3 pages)

L'hebdo souligne qu'il y a bien un scandale sanitaire autour de la maladie de Lyme, cette infection transmise par les tiques. Mais ce n'est pas celui d'une "épidémie cachée", comme les "Lyme doctors" et certains journaux prestigieux l'ont prétendu : "Le scandale se trouve avant tout dans la mauvaise prise en charge des patients convaincus d'être atteints de cette pathologie, alors que la plupart souffrent en réalité d'autres maux. Le Pr Éric Caumes a été l'un des premiers à le démontrer, et ses travaux ont depuis été confirmés par de nombreuses autres études."

Étranger

La CIA s'inquiète pour l'avenir du monde

Après chaque élection présidentielle aux États-Unis, le renseignement américain produit un rapport sur l’état du monde et fournit ses prévisions pour les deux décennies à venir souligne Le Point (2 pages).

Selon l'agence :"la pandémie de Covid-19 a causé depuis un an « la plus forte perturbation mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale ». Elle a amplifié et accéléré les effets de bouleversements profonds comme aucune autre génération n’a eu à en affronter en temps de paix : révolution numérique, intelligence artificielle, ingénierie du vivant, réchauffement climatique, dénatalité se conjuguent pour attiser les tensions dans nos sociétés. Ces tendances créent un contexte géopolitique conflictuel et instable avec lequel il va falloir naviguer à vue ces vingt prochaines années." 

Turquie : les derniers résistants à Erdogan

Erdogan, le leader turc, a fait arrêter plus de 80.000 personnes, fermé plus de cent médias, et trois mille écoles depuis 2016, selon l'Obs (5 pages). Désormais il s'en prend au militants LGBT et féministes pour détourner, par tous les moyens, l'attention des Turcs de la ruine du pays.

L'Obs souligne aussi (4 pages) la diaspora des Turcs en France qui sont "sous influence"

Les bonnes relations entre Israël et les Émirats arabes unis

Le Point évoque "le fructueux pacte israélo-arabe" entre Israël et les Émirats arabes unis (5 Pages). Et signale que 10.000  touristes israéliens se sont déjà rendus aux Émirats arabes unis depuis l’ouverture des frontières entre les deux pays, en décembre 2020. Tandis qu'Abou Dhabi a annoncé en mars dernier,  investir 10 milliards de dollars dans le domaine de l’énergie, de l’eau, de l’espace ou de la santé en Israël.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !