Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Evénement planétaire, les Jeux olympiques de Londres seront les plus connectés et les plus commentés de l'histoire.
©Reuters

Revue de blogs

JO de Londres : Twitter et Facebook dans les starting-blocks

Les Jeux olympiques de Londres ouvrent l’ère des Olympiades ultra connectées et semblent concentrer l’actualité de l’année : athlètes voilées, ramadan, Moyen-Orient, Syrie. Avec l’activité qu’ils vont déclencher sur les réseaux sociaux, et les explosives questions géopolitiques qu’ils soulèvent, ces "jeux en ligne" entrent en territoire inconnu.

Dans trois jours s’ouvrent  les premiers Jeux olympiques hyper-connectés et on ignore comment cela va finir. Ceux de Pékin en 2008 se déroulaient en Chine, peu favorable à la chose. De plus, Twitter balbutiait, et Facebook n’était qu’un club de jeunes pour les jeunes. Comment le comité olympique et les sponsors vont-ils gérer les réseaux sociaux ? Question couverture officielle, tout est prêt, et en surabondance : les sites officiels, les comptes Facebook et Twitter en plusieurs langues, la chaine youtube officielle, la retransmission en stream sur olympic.org . Reste l’inconnu, l’ingérable, provoqué par des Jeux vraiment inédits, qui concentrent toutes les tensions géopolitiques et tombent de plus en plein Ramadan.

On tweete ou on tweete pas ?

Depuis mai, les rumeurs d’interdiction d’utilisation des réseaux sociaux par les athlètes, personnels des Jeux et bénévoles sèment la confusion. Le blog des JO du journal belge Le Soir a publié une clarification : Officiellement, donc, le CIO « soutient et encourage activement les athlètes et autres accrédités rejoindre les réseaux sociaux ». Dans les faits, les interdits sont nombreux, recensés dans un guide à destination des accrédités, et peuvent valoir en cas d’infraction, une exclusion pure et simple comme pour les cas de dopage ou de paris sur les compétitions.

« Les participants aux Jeux ne peuvent twitter, blogger ou communiquer sur Facebook qu’à la première personne, sous forme de journal, mais sans tenir 'le rôle du journaliste'. » En gros, un athlète pourra raconter qu’il a mangé des céréales au petit-déjeuner, mais pas qu’il a vu Usain Bolt se gaver de Big macs à la veille du 100m. De même, si les photos pour légender les journaux  intimes sont bienvenues, les vidéos, elles, sont proscrites, histoire de ne pas concurrencer les droits vendus à prix d’or par le CIO , tout comme l’utilisation des anneaux olympiques ou la mention par les athlètes du nom de leur sponsor.

Pour repérer les dérapages, le CIO a mis en place un site Internet de délation. Pour les éviter, de nombreux comités nationaux olympiques ont créé leur propre compte Facebook et Twitter et invitent leurs athlètes à communiquer par ce biais, afin de mieux les contrôler. Les Belges ont donc le droit d’utiliser les réseaux sociaux mais les athlètes italiens ne le peuvent pas, et doivent respecter un « silence olympique » sous peine d’amende lourde.

Voile et ramadan, les JO en perte de neutralité

Illustration tirée du blog de Ami Aldeeb


Deux athlètes voilées d’Arabie saoudite et un ramadan ont déjà déclenché une polémique pré-Jeux sur twitter. L’autorisation accordée par le CIO de concourir voilée n’est pourtant pas la première, le précédent remonte à 1976, lors des Jeux olympiques d’Atlanta, et avait été accordée à une Iranienne, mais on sent bien cette année, aux réactions des associations féministes, que la longue hésitation du Comité, qui a également été celle de la FIFA, devant les femmes voilées, vient de s’achever et que pour certains, c’est une coupable dérive de la Charte et de l’esprit olympique, qui devrait interdire toute démonstration politiques ou religieuse. Pour le CIO, le choix était peu confortable : des délégations sans femmes ou des délégations avec femmes voilées. Il a choisi.

Depuis le Québec, David Lothar a fait sur son blog une rétrospective de cette valse d'hésitation dans « l'olympisme entre en religion », et des ressorts cachés de la décision. Le CIO, lesté par des droits de diffusion télé colossaux, ne souhaiterait pas se couper du public du monde arabe, ou assister à un émiettement de son hégémonie sportive au profit de différentes compétitions régionales comme les Jeux islamiques ou les Jeux du tiers monde.

Le ramadan qui coïncide cette année avec l’Olympiade, pour la première fois depuis 1980, est aussi un cas de figure inédit, qui concernerait 3 000 athlètes. La logistique olympique suivra, avec des restaurants ouverts toute la nuit, un approvisionnement des sites sportifs à la tombée de la nuit, mais de pays à pays, et d’athlète à athlète, les décisions varient : la délégation marocaine est autorisée à repousser le jeûne, le judoka français Sofiane Milous a aussi choisi cette solution, alors que le marathonien Abdellatif Meftah a décidé de maintenir son jeûne. Sami Aldeeb sur son blog récapitule les questions religieuses que cela provoque aussi.

L’imbroglio syrien aux JO

Alors que la Syrie s’enfonce dans la guerre civile, Ignace Leverrier, sur son blog chronique l’incroyable histoire des sportifs syriens et du comité olympique local,  ses entrelacs  politiques et claniques qui illustrent presque trop bien l’imbroglio syrien. Le cas de Ahmed Hamcho (19 ans), un jeune cavalier émérite, qui est aussi un ultra pro Assad, et a condamné les « terroristes » qui mettent en danger son président lors d’un entretien avec le Time fera évidemment beaucoup twitter la diaspora et les opposants, qui avaient ouvert une pétition pour l’empêcher de participer.  



En souvenir de Fukushima

Au Japon, c’est d’une autre décoration olympique que l’on parle, et elle est déjà décernée. La délégation japonaise est arrivée à Londres avec, dans la poche de chaque participant, un cadeau de bonne chance et de solidarité offert par des écoliers : des médailles taillées dans les débris des ravages du tsunami de Fukushima.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !