Quand les heures prennent un coup de gomme et quand les rubis méditent sur la mort : c’est l’actualité pascale des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Les crânes d’une nouvelle philosophie du temps qui passe (Jacob & Co)…
Les crânes d’une nouvelle philosophie du temps qui passe (Jacob & Co)…
©

Atlantic Tac

Quand les heures prennent un coup de gomme et quand les rubis méditent sur la mort : c’est l’actualité pascale des montres

Mais aussi un instrument repensé pour les heures du monde, une « montre-outil » qui se lance dans la bataille, des capsules de tritium dans la nuit, un tsunami de nouveautés, un hommage horlogers aux grands crus des cadrans qui s’étoilent d’un nouveau chic cosmique…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

CASIO G-SHOCK : Les minutes d’activité…

La prochaine grande bataille horlogère se jouera autour des montres connectées ultra-sportives, qui combineront fonctions de santé et fonctions d’activité : il semblerait qu’Apple nous prépare une Apple Watch durcie, moins fragile et plus « extrême » que les Apple Watch de série, mais Casio prend les devants en lançant dès à présent sa première G-Shock connectée équipée du WearOS de Google. Cette GSW-H1000 est une vraie G-Shock, étanche à 200 m et insensible aux chocs, mais c’est aussi une vraie montre connectée, qui permet des pratiques sportives intenses tout en bénéficiant de tous les développements des applications et des services sous WearOS [on en compte des milliers]. L’intégration d’un microphone et d’une « prise » de chargement dans une telle montre étanche relève de l’exploit, la conception d’un écran tactile capable de résister aux 200 mètres de profondeur en étant un autre. Les possibilités de personnalisation des données sont pratiquement infinies et les possibilités de récupérer des données utiles sont innombrables. Le tout pour un prix légèrement supérieur (699 euros) à celui d’une Apple Watch, qui s’avère infiniment moins tout-terrain ! Aurait-on enfin trouvé la « montre-outil » dont tout le monde rêvait ?

H. MOSER & CIE. : Des heures à la gomme…

L’équipe créative de la marque indépendante suisse H. Moser & Cie. a bien compris que l’essence du design contemporain est de toujours enlever ce qui peut l’être : c’est ainsi qu’elle a supprimé de certaines de ses montres le nom de la marque – en considérant que le design du boîtier et le style « fumé » du cadran suffisaient à les identifier [pétition de principe qui fonctionne parfaitement]. La nouvelle Endeavour Central Seconds Concept, développée en collaboration avec Romaric André (créateur créatif de l’atelier « seconde/seconde/ »), va plus loin encore, en se proposant d’effacer les heures ! Plus d’aiguille des heures, mais une… gomme bicolore fortement pixellisée dont chacun choisira la partie qui peut désigner l’heure. Sur l’image ci-dessous, certains liront 13:48 quand d’autres préfèreront 19:48 [avec une option pour 01:48 ou 07:48 pour les oiseaux de nuit]. Seconde/seconde/ a pris pour habitude de détourner des montres en corrigeant une ou plusieurs aiguilles, dans une logique de subversion visuelle qui nous oblige à les regarder dans une autre perspective. C’est la première fois qu’une marque de haute horlogerie ose et accepte un tel « gommage » – mais il était logique que cette marque soit H. Moser & Cie., qui pratique depuis longtemps l’effacement créatif. Un bien joli concept de printemps (la série limitée est limitée à vingt exemplaires), avec un boîtier en acier de 40 mm, un cadran Funky Blue et un mouvement automatique manufacture, mais le prix n’est pas forcément câlin (autour des 20 000 euros).

BELL & ROSS : Les fuseaux qu’on déchiffre…

L’énergie intérieure d’une marque française comme Bell & Ross, c’est avant tout et basiquement la dynamique de l’aviation et des voyage aériens, militaires ou civils. La nouvelle BR 03-93 GMT recombine dans une synthèse stylistique revue et corrigée tous les marqueurs de l’esprit « GMT » (Greenwich Mean Time, même s’il y a longtemps que l’observatoire royal de Greenwich n’indique plus le temps international). Ces trois lettres désignent à présent toutes les montres qui permettent de lire l’heure simultanément sur plusieurs fuseaux horaires. Repensée pour être encore plus lisible et encore plus fonctionnelle, cette « GMT » automatique peut indiquer l’heure de trois lieux différents, en jouant sur la quatrième aiguille (triangle rouge) et sur la lunette tournante noir-rouge (noir pour les heures de nuit, rouge pour les heures de jour). Le boîtier carré de 42 mm souligne la vocation fonctionnelle de la montre. Aujourd’hui, l’heure internationale UTC (Temps universel coordonné) est donnée au monde entier par l’observatoire de Paris : quoi de plus naturel qu’une montre française pour symboliser cet esprit « GMT » ?

ICE-WATCH : Des étoiles envoutantes…

Pour les nuits de printemps qui nous préparent aux courtes mais lumineuses nuits de l’été, la maison Ice-Watch nous propose une collection de huit montres Ice Cosmos très féminines et très accessibles (comptez une centaine d’euros) : les cristaux de couleur (Swarovski) pétillent dès qu’ils captent la moindre lumière et recréent au poignet une sorte d’envoutante voûte céleste. Du noir onyx au rose tendre, en passant par le blanc neige et le bleu profond, dans le ballet des aiguilles dorées, à midi comme à minuit, c’est le grand chic cosmique, en toute intensité galactique…

JACOB & CO : Les temps de la mort…

On ne vous promet pas que cette montre est facile à porter, ne serait-ce que par sa taille : 50 mm pour ce boîtier en or coiffé d’un dôme de cristal qui porte l’épaisseur de cette Astronomia Tourbillon Art Skulls à 25 mm – ça ne passe pas sous le poignet de n’importe quelle chemise ! Pas facile non d’assumer la décoration de ce Memento Mori contemporain, qui entend nous pousser à la méditation autour d’un ossuaire de crânes tridimensionnels aux yeux sertis de rubis. Au-dessus de ces têtes de mort planent, en orbite satellitaire, un globe terrestre qui tourne sur lui-même en soixante secondes, un diamant sphérique à 288 facettes qui tourne aussi sur lui-même en soixante secondes, un tourbillon mécanique à double axe (une rotation par minute sur le premier axe, une rotation toutes les cinq minutes sur le second) et, enfin, un cadran qui affiche les heures et les minutes et qui se présentera toujours, en dépit de sa ronde autour du cadran, dans le bon sens de lecture par rapport au regard du porteur de la montre. On vous épargne les diamants qui sertissent ici et là le boîtier en or rose de la montre [il y en a tout de même pour plus de 6 carats]. Pas facile enfin de trouver cette montre dans une boutique : elle n’est réalisée que sur commande, moyennant un (très gros) million de dollars, mais on a le droit d’en personnaliser l’esthétique, la couleur des pierres ou le matériau des crânes. C’était juste pour le plaisir philosophique d’activer les neurones avec un Memento Mori (« Souviens-toi que tu vas mourir ») exceptionnel – juste aussi pour le plaisir des yeux…

BON À SAVOIR : En bref, en vrac et en toute liberté…

•••• WATCHES & WONDERS : les amateurs de montres doivent se préparer à vivre, dans quelques jours, la semaine horlogère la plus chargée de l’année. Exclusivement virtuel, le salon Watches & Wonders (ex-SIHH : Salon international de la haute horlogerie) va permettre à une cinquantaine de marques de présenter de façon officielle ou dérivée un petit millier de nouvelles propositions pour 2021. Un tsunami de nouveautés qui pourrait sembler contre-performant, avec des marques totalement noyées dans le flot et l’émergence de quelques montres qui polariseront l’essentiel de l’attention des médias en ligne et de la communauté horlogère. Pour survivre à ce raz-de-marée, bouclez vos gilets de sauvetage… •••• DE BETHUNE : il faut de tout pour faire une montre, mais c’est sans doute la première fois dans l’histoire horlogère qu’une montre de haute horlogerie – objet pérenne et intemporel s’il en est – rend hommage à un des plus mondialement fameux « climats » de Bourgogne, La Romanée (dans le village de Vosne-Romanée) – grand vin dont les flacons sont par nature voués à une fragile et fugace labilité. Cette pièce unique (DB 27 La Romanée 1865) reprend la couleur des bourgognes à maturité, avec, sur le cadran, une constellation de clous d’or qui représentent le ciel astral tel qu’il apparaissait au-dessus des vignobles de la Romanée, le 12 septembre 1865, jour mythique d’une vendange de légende et d’un millésime fondateur. La montre sera vendue aux enchères lors de la prochaine dispersion organisée par la maison genevoise Baghera Wines, avec une estimation très basse de 40 000-60 000 francs suisses : l’enchérisseur aura le privilège de visiter la manufacture De Bethune et de partager un bon repas – qu’on image très délicatement arrosé de grands crus – avec les animateurs genevois de la maison d’enchères et de la maison horlogère… •••• TRASER : la P69 Black Stealth (vidéo ci-dessous) a été créée pour les professionnels des forces d’intervention, qui doivent pouvoir compter sur des montres totalement fiables et capables de rester lisibles dans la pénombre. Aiguilles, cadran, index et lunette sont dotés de microcapsules de tritium (procédé Trigalight) qui garantissent des indications horaires parfaites, même dans l’obscurité absolue. Ce boîtier de 46 mm, facturé sous les 500 euros, est étanche à 200 mètres, mais il est difficile à trouver en France, seul grand pays occidental à bannir cette technologie Trigalight, pourtant utilisée par les forces spéciales de nombreuses nations dans le monde entier…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !