Les fœtus de 6 mois déjà équipés pour le langage, un implant rétinien pour redonner la vue aux aveugles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dès 6 mois, les foetus distinguent les voix d’hommes et de femmes et différencient les syllabes.
Dès 6 mois, les foetus distinguent les voix d’hommes et de femmes et différencient les syllabes.
©Reuters

Atlantico santé

Les fœtus de 6 mois déjà équipés pour le langage, un implant rétinien pour redonner la vue aux aveugles

Et aussi : un virus de poulet pour traiter le cancer de la prostate, l'ADN pour détecter les risques d'attraper un rhume et la chirurgie de l'obésité en vogue en France.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Le cerveau d'un fœtus de 6 mois est déjà équipé pour le langage

Trois mois avant le terme de la grossesse, les fœtus disposent déjà de régions cérébrales spécialisées dédiées au langage, très semblables à celles retrouvées chez les adultes. Dès cet âge, ils distinguent les voix d’hommes et de femmes et différencient les syllabes. Une découverte qui plaide pour l’acquisition innée de la parole.

À la naissance, les nouveau-nés sont capables de distinguer des syllabes proches, de reconnaître la voix de leur mère et de différencier diverses langues humaines. Ces capacités chez le petit humain sont-elles dues à la présence de mécanismes innés propres à l’espèce humaine pour traiter la parole, ou à un apprentissage rapide des caractéristiques de la voix maternelle pendant les dernières semaines de grossesse ?

Lire la suite sur Futura Sciences

Un virus du poulet pour traiter le cancer de la prostate ?

Un virus légèrement modifié, à l’origine de la maladie de Newcastle chez les oiseaux, pourrait devenir un futur traitement contre le cancer de la prostate. Très spécifique, il détruit toutes ses cellules tumorales, même celles résistantes aux thérapies classiques, en épargnant les cellules saines et donc en limitant la gravité des effets secondaires.

On connaît les virus pour leur capacité à faire le mal. On oublie souvent qu’ils pourraient aussi nous sauver. De nombreuses thérapies utilisent leurs propriétés biologiques pour modifier l’ADN des cellules et éteindre ou insérer des gènes particuliers. Même le terrible VIH, à l’origine du Sida, est exploité dans divers essais cliniques, sous une forme le rendant évidemment inoffensif.

Lire la suite sur Futura Sciences

La longueur des télomères prédirait les risques d'attraper un rhume

Et si l’on pouvait lire dans l'ADN les risques d'attraper un rhume, ou plus généralement de tomber malade ? Une étude américaine suggère que les adultes dont les extrémités chromosomiques, appelées télomères, sont plus courtes seraient plus sensibles aux infections.

Mieux vaut prévenir que guérir. Or, dans le futur, les médecins disposeront peut-être d'informations par une simple prise de sang, de repérer les personnes à risque pour certaines maladies infectieuses. Même si un tel avenir reste encore bien hypothétique, des scientifiques de l'université Carnegie Mellon de Pittsburgh pourraient bien avoir fait une découverte qui irait en ce sens.

Lire la suite sur Futura Sciences

Obésité : la chirurgie bariatrique en plein essor

La chirurgie de l'obésité est de plus en plus pratiquée en France. Les femmes en bénéficient bien plus que les hommes puisqu'elles représentent 80 % des 30 000 patients. Les traitements sont en moyenne initiés à 39 ans, dans certains conditions précises.

Dans le cadre du Plan national contre l’obésité 2010-2013, l’Assurance maladie dresse un premier bilan approfondi de la chirurgie bariatrique en France. Son étude met en évidence une progression importante du nombre d’actes entre 2006 et 2011.

Lire la suite sur Futura Sciences

Un implant rétinien repousse les limites encore plus loin

Alors que les États-Unis viennent d’autoriser le premier implant rétinien, les résultats des essais cliniques d’un concurrent allemand se montrent très encourageants. Certains patients parviendraient même à lire ou à reconnaître des visages…

Après le récent feu vert à la commercialisation du tout premier œil bionique américain, l'Argus II, un concurrent allemand vient d'annoncer des essais encourageants pour son système d'implants électroniques destinés à redonner la vue à des aveugles.

Lire la suite sur Futura Sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !