Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des scientifiques américains ont annoncé avoir découvert un premier gène qui serait impliqué dans la migraine.

Atlantico santé

La migraine aurait des causes génétiques ; cancer du sein : être enceinte jeune réduirait les risques...

Et aussi : les jeux vidéo retardent le déclin mental des adultes et des seniors.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Les jeux vidéo retardent le déclin mental des adultes et des seniors

Chez les adultes de plus de 50 ans et les personnes âgées, la pratique intensive des jeux vidéo pourrait nettement retarder l’âge du déclin des fonctions cognitives. Ils seraient même plus efficaces que les jeux traditionnels comme les mots croisés. Et si les seniors se mettaient à la console ?

Si les jeux vidéo sont parfois décrits comme mauvais pour les enfants, ils seraient au contraire bons pour les plus de 50 ans, mobilisant et améliorant leurs facultés cognitives, affirme une étude américaine publiée récemment. Les centaines de quinquagénaires et plus, observés par des chercheurs de l'université de l'Iowa, ont montré des signes d'amélioration de leurs capacités intellectuelles, leur conférant un recul de plusieurs années du déclin lié à la vieillesse.

Lire la suite sur Futura Sciences

Découverte du premier gène qui donne la migraine

Les crises de migraine sont bien connues, mais peu de remèdes existent. Des chercheurs viennent d’identifier un gène muté qui jouerait un rôle dans cette pathologie. Ces travaux ouvrent la voie vers la mise en place d’un traitement contre cette maladie, qui peut s’avérer très handicapante.

La migraine ne se résume pas à un simple mal au crâne : elle peut avoir de lourdes répercussions sur la vie quotidienne. Outre de violents maux de tête, elle peut parfois s’accompagner de nausées, de vomissements, et même d’une hypersensibilité aux stimuli comme le son et la lumière. Ses victimes sont nombreuses, puisque l’on estime que près de 12 % des Français sont touchés, majoritairement des femmes.

Lire la suite sur Futura Sciences

Une peau artificielle aussi sensible au toucher que la peau humaine

Reproduire le sens du toucher est une chose bien complexe. Pourtant, une peau artificielle capable de sensibilité aussi élevée que notre propre peau vient d’être mise au point. Elle repose sur la piézoélectricité. L’objectif, à terme, est d’équiper les prothèses robotisées.

La main humaine est un outil assez exceptionnel. Elle nous aide à fabriquer des outils de plus en plus complexes, mais elle est surtout dotée d’une sensibilité au toucher très précise. Elle dispose de récepteurs nous permettant de juger précisément à quel point il faut la fermer pour serrer un objet sans risquer de l’abîmer. Et cette performance est très difficile à réaliser en laboratoire.

Lire la suite sur Futura Sciences

Le lait maternel renforce l’effet des antibiotiques

Un complexe protéique contenu dans le lait maternel affaiblit la résistance bactérienne vis-à-vis des antibiotiques. Cette découverte prometteuse pourrait favoriser la lutte contre les supermicrobes comme le staphylocoque doré qui posent un problème de santé publique majeur.

Depuis la découverte de la pénicilline dans les années 1920 par Alexander Fleming, les bactéries n’en finissent plus de nous donner du fil à retordre. Les gènes de résistance sont capturés, échangés et disséminés par différents mécanismes microbiens complexes. La multirésistance aux antibiotiques est un problème majeur qui semble sans issue. En effet, pour chaque nouvel antibiotique, les bactéries trouvent rapidement une parade.

Lire la suite sur Futura Sciences

Vivre une grossesse jeune réduit le risque de cancer du sein

Une grossesse vécue jeune protège les femmes contre le cancer du sein. Une étude montre que l’expression génétique des cellules mammaires est modifiée chez les jeunes mères souris. Ces résultats expliqueraient pourquoi elles sont mieux protégées et pourraient conduire au développement de traitements contre ce type de cancer.

En France, le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme. Il touche une femme sur huit et en tue plus de 10.000 par an. Une pointe d’espoir pourrait venir de celles qui vivent une grossesse avant l’âge de 20 ans. En moyenne, en effet, elles développent deux fois moins de cancers du sein que les autres.

Lire la suite sur Futura Sciences

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.