Chronique du futur : y aura-t-il des médicaments dans les textiles ? ; Effacer et réactiver la mémoire, c'est possible ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Chronique du futur : y aura-t-il des médicaments dans les textiles ? ; Effacer et réactiver la mémoire, c'est possible !
©

Atlantico santé

Chronique du futur : y aura-t-il des médicaments dans les textiles ? ; Effacer et réactiver la mémoire, c'est possible !

Et aussi : vers des traitements plus efficaces du cancer de la prostate ; l’obésité touche plus de 600 millions d’humains ; la chirurgie fœtale pour sauver les jumeaux en danger.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Chronique du futur : y aura-t-il des médicaments dans les textiles ?

Des vêtements intelligents, qui suivent le rythme cardiaque ou diffusent des médicaments, nous sont promis depuis quelques années. La cosmétique en fait grand cas à coups de campagnes marketing mais dans le domaine de la santé, les « texticaments » tardent à se banaliser. Demain, sans doute…

Des collants qui amincissent, des chaussettes qui absorbent les odeurs, un oreiller qui endort et un autre qui stimule, le tee-shirt pour bronzer à l’ombre ou encore un manchon anti-tennis elbow : les vêtements de l’ère de la technologie multiplient les propositions incongrues. L’habitude est de distinguer trois catégories, les shapewears, les cosmétotextiles et les texticaments. Les premiers ne sont rien d’autre que les gaines des temps jadis réinventées grâce à des fibres élastiques qui compriment le corps. S’ils peuvent affiner la silhouette, ils n’ont pas d’effet actif sur le corps (si ce n’est, parfois, maintenir une pression trop forte sur le ventre, à l’instar des corsets quand ils empêchaient les femmes de respirer convenablement).

Lire la suite sur Futura-sciences

Effacer et réactiver la mémoire, c'est possible !

Des chercheurs de l’université de Californie à San Diego ont réussi à effacer et réactiver de manière sélective une mémoire chez le rat. Cette prouesse a été possible en stimulant des circuits neuronaux à des fréquences qui renforcent ou affaiblissent les synapses.

Dans le cerveau, la mémoire serait codée par des modifications de la force des synapses, les connexions entre les neurones : les circuits où les synapses sont renforcées grâce à la potentialisation à long terme (PLT) participeraient à la mémoire. La dépression à long terme (DLT) aurait l’effet inverse. Mais les liens entre ces processus synaptiques et la mémoire sont parfois difficiles à démontrer expérimentalement.

Lire la suite sur Futura-sciences

En bref : vers des traitements plus efficaces du cancer de la prostate

Associer une hormonothérapie à la chimiothérapie au docétaxel augmente nettement l’espérance de vie lorsque le cancer de la prostate est à un stade avancé. C’est ce que démontre une étude dont les résultats viennent d’être présentés.

Au cinquantième congrès de l’Asco (American Society of Clinical Oncology), qui se tient à Chicago, on attendait les résultats de plusieurs études cliniques sur les traitements contre le cancer. Le cetuximab et l’exémestane ont montré leur intérêt pour, respectivement, le cancer colorectal et celui du sein. C’est la prostate qui a focalisé l’attention avec le résultat de l’étude Chaarted (ChemoHormonal Therapy Versus Androgen Ablation Randomized Trial for Extensive Disease in Prostate Cancer) portant sur le suivi durant près de six ans de 790 hommes présentant un cancer de la prostate à différents stades. Tous ont été traités par hormonothérapie, consistant en l’occurrence à réduire l’activité des androgènes, hormones sexuelles mâles.

Lire la suite sur Futura-sciences

En bref : l’obésité touche plus de 600 millions d’humains

Une récente étude mondiale dénombre plus de deux milliards de personnes en surpoids ou obèses sur la planète et met en lumière des disparités régionales. Alors que la progression de ce fléau a nettement ralenti dans les pays développés, elle s’accélère ailleurs.

En 2013, à l’échelle mondiale, 2,1 milliards de personnes étaient touchées par le surpoids ou l’obésité. Environ un tiers de la population était ainsi concernée. C’est l’alarmant constat qui ressort d’une étude observationnelle publiée dans l’édition du Lancet du 29 mai. S’intéressant à la situation de 188 pays entre 1980 et 2013, les chercheurs de l’Institut des mesures et évaluations de la santé (IHME) à l’université de Washington ont constaté que la prévalence du surpoids et de l’obésité n’épargnait aucune population : ni les jeunes (+50 % en 33 ans), ni les hommes (qui sont passés de 29 % à 37 %), ni les femmes (de 30 % à 38 %). Pas davantage les pays développés ou ceux en développement.

Lire la suite sur Futura-sciences

La chirurgie foetale pour sauver les jumeaux en danger

Les grossesses gémellaires ne sont pas toujours sans danger. Dans 15 % des cas, les fœtus partagent un seul et même placenta, ce qui découle sur un syndrome dit transfuseur-transfusé, mettant en péril la survie des jumeaux. Sans traitement, ils meurent tous les deux dans 90 % des cas. Heureusement, il existe un traitement chirurgical qui permet d’en sauver au moins un dans 80 % des cas, et les deux dans 65 % des cas.

Lorsqu’ils sont amenés à se développer dans la même poche — et donc à partager le même placenta — les « vrais jumeaux » sont touchés par le syndrome transfuseur-transfusé (STT). Ainsi, dans 15 % des cas de grossesses gémellaires, les cordons ombilicaux sont anormalement reliés entre eux par des vaisseaux sanguins appelés anastomoses.

Lire la suite sur Futura-sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !