Venise : la fascination, le mythe et l’imaginaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Venise : la fascination, le mythe et l’imaginaire
©

Atlantico Radio

Venise : la fascination, le mythe et l’imaginaire

Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, vous propose une émission avec la grande historienne Elisabeth Crouzet-Pavan, auteure d’une somme magistrale consacrée à l’histoire de Venise.

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube et Ausha. Durée totale de l’émission: 41’25.

Quatrième et dernier volet de notre série enregistrée aux Rendez-vous de l’histoire de Blois 2021 avec la grande historienne Elisabeth Crouzet-Pavan, auteure d’une somme magistrale consacrée à l’histoire de Venise. Pourquoi Venise nous fascine autant ? Pourquoi Venise semble avoir un avantage sur Rome et Florence ? Est-ce par son histoire, par sa géographie si particulière ? Faut-il déconstruire le mythe de la glorieuse République de Venise et revoir l’histoire d’une République construite sur les décombres de l’empire byzantin, mise à mal par l’empire Ottoman pour finalement disparaître au XVIIIe sc ? Faut-il voir dans le fameux Stato da mar une colonisation vénitienne ? Quelle est la place de l’imaginaire dans l’histoire médiévale et moderne de Venise? Elisabeth Crouzet-Pavan est l’invitée de Christophe Dickès.

Notre invitée : Professeure d’histoire du Moyen Âge à Sorbonne Université, Élisabeth Crouzet-Pavan est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’Italie de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance dont Venise. VIe-XXIe siècle, « Références », Éditions Belin.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !