Xavier Bertrand promet une "prime au travail" pour la moitié des salariés français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand a présenté ce samedi ses propositions pour l'emploi.
Xavier Bertrand a présenté ce samedi ses propositions pour l'emploi.
©Thomas SAMSON / AFP

Demain on rase gratis

Xavier Bertrand promet une "prime au travail" pour la moitié des salariés français

Le candidat à l'élection présidentielle a présenté ce samedi à Saint-Denis ses propositions pour l'emploi.

En campagne pour l'élection présidentielle, Xavier Bertrand a présenté ce samedi depuis Saint-Denis les principales mesures de son programme consacrées au travail, en réitérant notamment son souhait que l'ensemble des salariés travaillant à temps complet gagnent au moins 1.500 euros net par mois dès 2022.

Xavier Bertrand a ainsi donné plus de détails sur son projet de "prime au travail", évoqué jeudi soir sur France 2. Cette prime concernera "près de la moitié des travailleurs français, ceux qui gagnent aujourd’hui moins de 2.000 euros net par mois", a expliqué Xavier Bertrand. Elle permettra à une partie d'entre eux d'atteindre ce fameux seuil des 1500 euros, mais pas uniquement. "Celui qui touche 1.600 euros net par mois touchera une prime au travail de 1.800 euros net par an, soit l'équivalent d'un 13e mois", a expliqué le candidat.

Cette prime sera affichée sur la fiche de paie, "en bas à droite", et sera versée directement par l'Etat. Elle sera versée individuellement, "quel que soit le revenu du conjoint", et bénéficiera aussi aux travailleurs indépendants. Son coût est estimé à 5 milliards d'euros par an.

Reprenant la logique du "travailler plus pour gagner plus" symbolique du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président de la région Hauts-de-France souhaite également que les "heures travaillées au-delà de 35 heures (soient) sans impôt et sans charges sociales, comme l'étaient les heures supplémentaires en 2007". Il propose qu'une semaine de congés payés et une partie des RTT puissent être converties en argent, et veut aussi ouvrir le chantier du "juste partage de la valeur dans l'entreprise", notamment en proposant des mesures pour augmenter la participation ou l'intéressement versés aux salariés.

À Lire Aussi

Immigration : ce qui relève d’un bouclier constitutionnel, ce qui relève d’autre chose
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !