Voyage surprise de François Hollande en Afghanistan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Voyage surprise de François Hollande en Afghanistan
©

Paris-Kaboul

Voyage surprise de François Hollande en Afghanistan

Le président de la République a réaffirmé devant les soldats son souhait de retirer les forces combattantes françaises du pays avant la fin de l'année.

François Hollande s'est rendu ce vendredi auprès des troupes françaises en Kapisa, à l'Est de l'Afghanistan, pour leur expliquer pourquoi il a décidé d'anticiper leur départ, à la fin 2012.

Le retrait anticipé des troupes françaises se fera de manière "ordonnée" et "coordonnée" avec les alliés de la coalition de l'Otan en Afghanistan, a-t-il déclaré devant un parterre de soldats. Pour le président français,  "c'est une décision souveraine. Seule la France peut engager la France"Revenant sur le congrès de l'Otan qui s'est tenu la semaine dernière à Chicago, François Hollande estime que Barack Obama "comprend les raisons" d'un retrait anticipée de la France. L'opération sera "mise en oeuvre en bonne intelligence avec nos alliés, notamment avec le président Obama, et en étroite concertation avec les autorités afghane" a ajouté le chef des armées. François Hollande a également réaffirmé son souhait de "poursuivre les projets de développement" en Kapisa et Surobi, deux territoires dont la sécurité est sous le contrôle de l'armée française au sein de la force de l'Otan.

Le Président estime par ailleurs que "la menace terroriste qui visait notre territoire comme celui de nos alliés en provenance de l'Afghanistan, sans avoir totalement disparue, a été en partie jugulée".

François Hollande est accompagné de Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius, ministres de la Défense et des Affaires étrangères, de l'amiral Edouard Guillaud, chef d'état-major des armées et du général Benoît Puga, chef d'état-major particulier du président. Il est prévu qu'il rencontre son homologue Hamid Karzai dans les prochaines heures.


Lu sur AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !