Vote pass vaccinal : menaces de mort contre des députés de la majorité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Justice
Justice
©Flickr/Su morais

Réseaux

Vote pass vaccinal : menaces de mort contre des députés de la majorité

Plusieurs plaintes ont été déposées

Plusieurs députés de la majorité présidentielle ont reçu des menaces de mort liées à la politique sanitaire du gouvernement ces derniers jours, alors qu'ils examinent le projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal lundi 3 janvier. Certains ont annoncé sur Twitter ou à France Bleu qu'ils allaient déposer plainte souligne France Info.

Parmi ces députés, figurent la députée LREM de Seine-et-Marne, Michèle Peyron, à qui un email promet un "massacre à venir", la députée LREM de l'Oise, Carole Bureau Bonnard, à qui un courriel annonce "tu vas te prendre des balles", ou encore le député LREM de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau

On se souvient par ailleurs, fin décembre, le garage et la voiture du député LREM de l'Oise, Pascal Bois, ont été incendiés. Le mur de son domicile a été tagué avec ces mots : "Votez non, ça va péter." Cet élu avait déjà reçu un courrier postal accompagné d'une balle six semaines auparavant, au moment du vote pour le prolongement du pass sanitaire.

Adressé à la députée du Val d'Oise, Naïma Moutchou, également membre de la majorité et du parti Horizons, un mail signé d'un certain «SWNA Anon», déclare qu'elle ne mérite «que des rafales de balles» et se «faire couper la tête». «Ça s'est multiplié, ça devient récurrent», commente la jeune députée, qui a également porté plainte. «C'est révélateur de l'ambiance du moment, et de la médiocrité du débat actuellement. On est très rapidement dans l'invective au lieu d'échanger» écrit Le Figaro.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !