Vincent Peillon : le baccalauréat 2013 ? "Tout va bien se passer" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vincent Peillon rassurant sur le déroulement du bac 2013
Vincent Peillon rassurant sur le déroulement du bac 2013
©Reuters

Pas de stress

Vincent Peillon : le baccalauréat 2013 ? "Tout va bien se passer"

Le ministre de l'Education nationale répondait aux nom­breuses cri­tiques d'enseignants et d'élèves sur l'épreuve orale en langue vivante intro­duite cette année dans le cadre de la réforme du lycée.

Vincent Peillon sait que la période du baccalauréat est un moment important pour les élèves, les parents mais aussi pour l'Education nationale. Rien ne doit être laisser au hasard et tout doit se dérouler parfaitement. Le ministre s'est donc voulu rassurant ce mardi matin sur France 2. Répondant notamment aux nom­breuses cri­tiques d'enseignants et d'élèves sur l'épreuve orale en langue vivante intro­duite cette année dans le cadre de la réforme du lycée, il a indiqué : "tout va bien se passer". 

"Il y a des nou­veau­tés, c'est vrai. C'est celles qui découlent de la réforme des lycées vou­lue par mes pré­dé­ces­seurs Xavier Darcos et Luc Chatel", a-t-il reconnu. "Nous avons essayé d'améliorer tant que l'on pou­vait sur un cer­tain nombre de points, je pense par exemple aux langues étran­gères", a-t-il ajouté. Les can­di­dats des séries écono­mique et sociale (ES), scien­ti­fique (S) et tech­no­lo­giques passent désor­mais deux épreuves orales en langue vivante, l'expression et la com­pré­hen­sion.

"Je veux ras­su­rer les familles et les élèves. C'est un moment très impor­tant pour eux. Ils sont main­te­nant dans la phase de révi­sions, nous avons tous connu ça. Qu'ils tra­vaillent, qu'ils pré­parent au mieux leurs épreuves et qu'ils le fassent avec séré­nité" a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Vincent Peillon s'est dit "favorable" à un renforcement de l'enseignement des langues régionales, relevant qu'un amendement sénatorial à sa loi sur l'école avait été déposé en ce sens. "J'y suis favorable. C'est d'ailleurs toujours la gauche qui a fait progresser les langues régionales", a déclaré le ministre au moment où le Sénat entame mardi l'examen de son projet de loi après l'Assemblée en mars. "Plus de 200 000 élèves en France aujourd'hui bénéficient de cet enseignement. Je suis prêt à le développer", a-t-il dit.

Une disposition favorisant l'enseignement des langues régionales dans le projet de loi sur l'école avait été amendée par les députés en mars.  


Nouvelles modalités du baccalauréat 2013...par lucerodelalba94

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !