Une invasion de l'Ukraine pourrait avoir lieu à tout moment selon le ministre des Affaires étrangères américain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Joe Biden
Joe Biden
©JOSEPH PREZIOSO / AFP

Tension

Une invasion de l'Ukraine pourrait avoir lieu à tout moment selon le ministre des Affaires étrangères américain

Joe Biden a demandé aux ressortissants américains de quitter l’Ukraine

 Le président américain, Joe Biden, a appelé hier les citoyens américains à quitter l’Ukraine « maintenant » en raison du risque accru d’une invasion russe. « Les choses pourraient vite s’emballer », a-t-il expliqué dans une interview à la chaîne NBC, répétant qu’il n’enverrait pas de soldats sur le terrain en Ukraine, même pour évacuer des Américains dans l’hypothèse d’une invasion russe, car cela pourrait déclencher « une guerre mondiale » souligne Le Parisien.

«Nous sommes dans une période où une invasion pourrait commencer à tout moment, et pour être clair, cela inclut les Jeux olympiques», a-t-il déclaré, balayant les spéculations selon lesquelles Moscou attendrait la fin des Jeux de Pékin, qui s'achèvent le 20 février, pour éviter de faire de l'ombre à son allié chinois. «Pour le dire simplement, nous continuons à voir des signes très troublants d'une escalade russe», a expliqué Antony Blinken, le ministre des Affaires étrangères américain, cité par Le Figaro

Ces annonces interviennent au moment où, en plus des quelque 100 000 hommes massés à la frontière ukrainienne, les armées russe et biélorusse mènent de grandes manœuvres en Biélorussie, ex-république soviétique frontalière de l’Ukraine, qui est restée un allié de Moscou. Ce jeudi, la Russie a annoncé l’arrivée en Crimée de six navires de guerre dans le cadre de ces exercices ajoute Le Parisien.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !