Tchad : la France perd un partenaire incontournable au Sahel avec la mort d’Idriss Déby | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président Emmanuel Macron est accueilli par le président tchadien Idriss Déby à son arrivée à l'aéroport international de N'Djaména en décembre 2018.
Le président Emmanuel Macron est accueilli par le président tchadien Idriss Déby à son arrivée à l'aéroport international de N'Djaména en décembre 2018.
©LUDOVIC MARIN / AFP

« Ami courageux »

Tchad : la France perd un partenaire incontournable au Sahel avec la mort d’Idriss Déby

La France a réagi ce mardi à l'annonce du décès du président tchadien Idriss Déby, regrettant la perte « d'un ami courageux » qui a « oeuvré pour la stabilité de la région ».

Le président Idriss Déby est mort des suites de ses blessures reçues alors qu’il commandait son armée dans des combats contre des rebelles dans le nord du pays durant le week-end. La France a réagi ce mardi à l'annonce du décès du président tchadien, regrettant la perte « d'un ami courageux » qui a « oeuvré pour la stabilité de la région », selon des informations de RFI.

L'Elysée souligne l'importance d'une « transition pacifique » au Tchad dans ce communiqué. Paris « exprime son ferme attachement à la stabilité et à l'intégrité territoriale du Tchad », selon le message de condoléances de l'Elysée.

Sur le continent africain, le Tchad est pour Paris un partenaire incontournable. Idriss Déby était resté fidèle à sa réputation de chef de guerre. Il était à la tête du pays depuis son coup d’État, le 2 décembre 1990, avec l’aide de la France.

Le président tchadien avait fait de son armée l’une des meilleures du continent.

Le relation entre Idriss Déby et la France remonte aux années 80. Après son accession au pouvoir, la coopération entre les deux pays s’intensifie. La France décide d’y positionner une partie de ses forces, et en 2014, d’installer le centre opérationnel de sa nouvelle opération baptisée Barkhane à N’djamena.

La France volera à plusieurs reprises au secours d’Idriss Déby lorsqu’il sera menacé par les rebelles, comme en 2008 sous Nicolas Sarkozy ou sous la présidence d’Emmanuel Macron en 2019.

En 2019, six conventions de coopération bilatérale visant à moderniser et former les forces de sécurité tchadiennes ont été signées entre la France et le Tchad. Cette aide directe à N’djamena concernait notamment le domaine du renseignement, en plus de l'appui que la France apporte à la force conjointe du G5 Sahel, dont le Tchad est l'un des principaux membres.

La force Barkhane effectue de nombreux vols de reconnaissance sur le territoire tchadien. Un appui aérien très utile pour contrer la menace des colonnes rebelles qui régulièrement descendent du Nord et menacent N’djamena.

RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !