Suisse : le vote contre "l'immigration de masse" inquiète les Européens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Suisse : le vote contre "l'immigration de masse" inquiète les Européens
©Reuters

Fermez les portes

Suisse : le vote contre "l'immigration de masse" inquiète les Européens

Les électeurs helvètes ont accepté dimanche de réintroduire un système de quotas pour les étrangers.

Les électeurs suisses ont dit "oui" dimanche, à une courte majorité de 50,3%, à une limitation de l'immigration. Un véritable coup de tonnerre et un désaveu pour la classe politique, mais aussi un saut dans l'inconnu pour les relations de la Suisse avec l'Europe. Le référendum, intitulé "contre l'immigration de masse", a été organisé à l'initiative du parti UDC (droite populiste). 80 00 Européens à la recherche d'un emploi s'installent en Suisse tous les ans. 

La Commission européenne a aussitôt "regretté" la décision des Suisses d'introduire des quotas d'immigration et a prévenu qu'elle "examinera les implications de cette initiative sur l'ensemble des relations entre l'UE et la Suisse".

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a indiqué que ce vote "aura des conséquences". "La liberté de circuler [des citoyens européens] ne saurait être bradée, ni dans son principe, ni dans ses réalisations. Et le peuple suisse doit respecter les valeurs de l'UE." Le vote de dimanche est "en quelque sorte un coup d'arrêt aux relations anciennes entre la Suisse et l'UE", a-t-il dit.

Au Parlement européen, Hannes Swolboda, leader du groupe socialiste, a évoqué "le recul inquiétant" qu'implique le résultat de dimanche : "La Suisse tourne le dos à l'un des éléments les plus importants de sa relation avec l'UE [...] L'immigration n'est pas une menace mais un atout appréciable pour le développement économique et social de tout Etat moderne."

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a réagi à une décision "que nous regrettons" et qui va "créer de nombreuses difficultés" à la Confédération. 

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a quant à lui jugé ce vote "préoccupant". "C'est paradoxal puisque la Suisse fait 60% de son commerce extérieur avec l'UE et vit très largement de l'UE", a-t-il ajouté.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !