Suisse : une habitante de Genève qui est une des accusatrices de Tariq Ramadan se dit harcelée et menacée 24h/24<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Tariq Ramadan
Tariq Ramadan
©MEHDI FEDOUACH / AFP

Réseaux sociaux

En France et en Suisse, des femmes accusent l'islamologue d'agression sexuelle et de viol

Connue sous le nom de Brigitte, une habitante de Genève accuse l’islamologue genevois Tariq Ramadan de viol. Dans une interview accordée au journal « Le Matin Dimanche », elle dit être harcelée 24 heures sur 24 sur les réseaux sociaux depuis qu’elle a porté plainte.

«On m’insulte sans cesse. On me menace de mort. On révèle des éléments de mon identité, de mon adresse», ajoute-t-elle. Elle précise avoir reçu des appels téléphoniques anonymes menaçant ses enfants. Pourtant, elle déclare n’éprouver «ni haine, ni colère, ni dégoût» pour l’accusé, seulement «une grande lassitude».

Par ailleurs, en France où une enquête on a appris que la cour d’appel de Paris a annulé, jeudi 17 juin, une expertise psychiatrique selon laquelle les femmes qui accusent Tariq Ramadan de viols étaient en partie sous son emprise, a confirmé l’un de ses avocats au journal Le Mondeaprès une information de l’Agence France-Presse (AFP). Toutefois, de nouveaux experts vont devoir réexaminer cette question au cœur de l’affaire.

L’expertise de mai 2020 du docteur Daniel Zagury a été invalidée par la chambre de l’instruction pour un vice de procédure. Le célèbre psychiatre avait interrogé plusieurs plaignantes ou témoins sans l’accord des juges d’instruction. L’expert avait seulement été autorisé à consulter le dossier, dans lequel figuraient les déclarations des femmes concernées.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !