Sous les critiques, la Fnac retire de la vente un jeu créé par un site antifasciste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Social
Sous les critiques, la Fnac retire de la vente un jeu créé par un site antifasciste
©PHOTO AFP

« Je lance un cocktail Molotov sur les CRS »

Sous les critiques, la Fnac retire de la vente un jeu créé par un site antifasciste

Le jeu, baptisé « Antifa », propose aux joueurs de créer un groupe antifasciste et de mener des actions en réaction à des exactions d’extrême-droite

« Je bloque une fac », « je tabasse un militant d’extrême-droite », « je lance un cocktail Molotov sur les CRS » … 

Après de vives critiques, notamment d’élus du Rassemblement National et du Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN), la Fnac a annoncé le retrait de ses rayons d'un jeu de société crée par un site antifasciste.

« Nous comprenons que la commercialisation de ce jeu ait pu heurter certains de nos publics. Nous faisons le nécessaire pour qu'il ne soit plus disponible dans les prochaines heures », a écrit la Fnac dimanche sur son compte Twitter en réponse au Syndicat des Commissaires de la Police Nationale.

Dans la boutique Fnac en ligne, la page du jeu n'était plus accessible lundi dans la matinée, même si le jeu était encore affiché dans les résultats de recherche, a constaté l’AFP.

Le SCPN avait critiqué le distributeur, l'accusant de « mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans les manifestations ». Plusieurs élus RN ont également interpellé la Fnac sur Twitter et se sont félicités lundi du retrait du jeu, crée par le site « La Horde » et édité par les éditions Libertalia. Libertalia a dénoncé des « allégations mensongères émanant de l'extrême droite puis des forces de répression » qui ont entraîné le retrait d'un « outil de formation conçu par La Horde et Libertalia ». « Vous ne nous ferez pas taire ! », a ajouté l'éditeur sur Twitter.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !