Réchauffement climatique : le GIEC appelle à une révolution économique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Réchauffement climatique : le GIEC appelle à une révolution économique
©

Alerte rouge

Réchauffement climatique : le GIEC appelle à une révolution économique

Selon les experts, les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent aujourd'hui des niveaux sans précédent. Leur croissance n'a jamais été aussi rapide qu'au cours de la dernière décennie.

Le GIEC tire la sonnette d'alarme. Si les Etats veulent vraiment limiter la hausse moyenne des températures mondiales à 2°C d'ici la fin du siècle, ils doivent passer au niveau supérieur, et ce dès maintenant. Ce dimanche, à Berlin,  le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a rendu la synthèse de son dernier volet, concernant "l'atténuation du changement climatique". Ce texte d'une trentaine de pages est destiné à éclairer les gouvernements en compilant l'état des connaissances sur les possibles scénarios de décarbonisation de l'économie mondiale.

Selon les experts, les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent aujourd'hui des niveaux sans précédent. Leur croissance n'a jamais été aussi rapide qu'au cours de la dernière décennie (+2,2% entre 2000 et 2010). Par ailleurs, l'utilisation excessive du charbon a annulé les progrès accomplis dans le secteur énergétique grâce au développement des renouvelables. A ce rythme, le seuil des 2 °C sera franchi dès 2030. "Le message de la science est clair, a averti l'Allemand Ottmar Edenhofer, un des trois vice-présidents de ce troisième volume, pour se mettre à l'abri d'interférences dangereuses avec le système climatique, il faut sortir de la routine habituelle."

Les scientifiques incitent donc à limiter la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère à 450 ppm (partie par million). Cela suppose de réduire les émissions mondiales entre 40 % et 70 % d'ici 2050 pour ensuite les ramener à un niveau "proche de zéro", d'ici la fin du siècle. Pour y arriver, tous les secteurs économiques (énergie, transport, habitat, agriculture) devront changer. Il faudra donc "réaliser de rapides progrès dans le domaine de l'efficacité énergétique, parvenir à tripler voire quadrupler l'énergie neutre en carbone produite à partir des énergies renouvelables, du nucléaire, des agrocarburants". Le tout, en développant des techniques de séquestration et de stockage du CO2 et des programmes à grande échelle de reforestation pour créer des puits de carbone.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !