Montpellier : un enregistrement révèle le climat et les liens de proximité de certains candidats lors de la campagne municipale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
campagne élections municipales à Montpellier Jean-Yves Darmagen Djamel Boumaaz Manu Reynaud
campagne élections municipales à Montpellier Jean-Yves Darmagen Djamel Boumaaz Manu Reynaud
©Pascal GUYOT / AFP

Climat particulier

Montpellier : un enregistrement révèle le climat et les liens de proximité de certains candidats lors de la campagne municipale

Selon des informations du Figaro, un enregistrement sonore liée à la campagne des municipales à Montpellier permet de découvrir les liens de proximité entre certains candidats et un ancien élu d'extrême droite. 

La campagne municipale à Montpellier avait été remportée l'an dernier par le socialiste Mickaël Delafosse. De nouveaux éléments viennent de resurgir sur le climat qui régnait lors de la campagne électorale. Selon des informations du Figaro, un enregistrement sonore a étté dévoilé. Il symbolise l'ambiance délétère de la campagne et les connivences politiques locales, d'après la rédaction du Figaro. 
 
L'Agglorieuse, un journal satirique de la région, s'est saisi de cette bande-son. La rédaction du Figaro en a obtenu une copie et a vérifié son authenticité. 
 
Ce fichier sonore aurait été enregistré le 19 janvier 2020 sur le téléphone de Jean-Yves Dormagen, professeur de science politique à la faculté de Montpellier et directeur de campagne de Clothilde Ollier, la candidate écologiste.
 
Au moment des faits, Jean-Yves Dormagen vient de prendre la place de Manu Reynaud à la tête de la campagne EELV. Les instances nationales du parti vert ont finalement décidé de retirer à Clothilde Ollier son investiture nationale. 
 
Trois jours plus tôt, le 16 janvier, l'équipe de Clothilde Ollier affirme s'être fait voler un sondage Harris Interactive commandé par EELV, et que le Midi Libre devait publier le lendemain. Ce sondage paraît sur le site Internet de la Gazette de Montpellier, au moment même d'une réunion de concertation entre les cadres nationaux et la candidate. 
 
Dans ce sondage, la candidate sortait en tête avec 19% au premier tour face au maire sortant Philippe Saurel, à 18%. 
 
Jean-Yves Dormagen constate alors qu'une figure locale, Djamel Boumaaz, a publié les chiffres du sondage sur Twitter, avant La Gazette. Le 19 janvier, Jean-Yves Dormagen décide de rencontrer Djamel Boumaaz pour obtenir l'identité du voleur de sondage. La discussion s'envenime entre les deux hommes lorsque le sujet du sondage volé est évoqué. "Ça vient de chez vous", accuse Djamel Boumaaz. Sans la moindre preuve, il évoque "la bande à Manu Reynaud".
 
Une plainte contre X sera déposée plus tard pour vol, mais aucune contre l'élu vert. 
 
Lors de cet échange, Djamel Boumaaz aurait alors dérobé le portable de Jean-Yves Dormagen. Il ne réalise pas alors que l'enregistrement se poursuit. 
 
Dans sa voiture, l'élu contacte par téléphone un journaliste local, Benjamin Teoule, créateur du site Le d'Oc, partenaire local de Mediapart. Djamel Boumaaz cherche à effacer l'enregistrement.
 
Plus tard, Benjamin Teoule propose de "tuer définitivement" le directeur de campagne avec une brève dans son journal sur la rencontre de Jean-Yves Dormagen "avec le sulfureux Djamel Boumaaz". Elle paraîtra dans Le d'Oc. Teoule se propose aussi de "prévenir Manu Reynaud".
 
Manu Reynaud a assuré "formellement" ne pas connaître Djamel Boumaaz. Il reconnaît cependant lui avoir répondu au téléphone et souligne que "le tutoiement est une pratique habituelle dans le milieu politique" :
 
"Enregistrer une conversation, c'est illégal, ce n'est pas de la démocratie, c'est du caniveau". 
 
Patrick Vignal a indiqué au Figaro pour sa part connaître Djamel Boumaaz "depuis plus de vingt ans", par les quartiers populaires, les clubs de sport et leurs fonctions respectives :
 
"J'ai appelé Boumaaz à la demande de Dormagen pour rendre service. C'est un provocateur. (...) Cette campagne puait littéralement. (...) Ici, tous les acteurs politiques se connaissent et tout le monde connaît Djamel Boumaaz…"
 
Mediapart de son côté admet avoir eu l'enregistrement, selon Stéphane Alliès, codirecteur de la rédaction, cité par Le Figaro : 
 
"Benjamin Teoule a reconnu avoir fait une connerie, il s'est excusé auprès des protagonistes et nous avons décidé de lui maintenir notre confiance, car il a compris la leçon". 
 
D'après les informations du Figaro, Benjamin Teoule pourrait être embauché par la mairie de Montpellier à un poste sur le handisport. Il est lui-même champion de judo handisport.
 
Le maire de Montpellier, Mickaël Delafosse, contacté par Le Figaro a indiqué qu'il se tenait à l'écart de Djamel Boumaaz. 
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !