Marine Le Pen : "si je suis élue, je vais pourrir la vie du gouvernement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen : "si je suis élue, je vais pourrir la vie du gouvernement"
©REUTERS/Pascal Rossignol

Promesse

Marine Le Pen : "si je suis élue, je vais pourrir la vie du gouvernement"

La présidente du Front national était l'invitée de RMC et BFMTV, à quelques jours du second tour.

Le barrage républicain va-t-il tenir ? Pour l'instant, Marine Le Pen est donnée battue dans la région Picardie-Nord-Pas-de-Calais mais la présidente du FN espère bien profiter des abstentionnistes. "J'espère être élue. Je pense qu'une partie des clés du scrutin est entre les mains des abstentionnistes"  affirme-t-elle sur RMC et BFMTV. "Ceux qui n'ont pas voté au premier tour doivent se dire que s'ils veulent reprendre leur avenir en main, ils doivent aller voter."

Fidèle à ses principes, la patronne du FN a réitéré ses promesses notamment pour régler l'épineux problème de Calais. "Je supprimerai toutes les subventions aux associations qui viennent en aide aux migrants" affirme-t-elle, accusant la maire républicaine de devoir "délivrer des laissez-passer pour les riverains, on n'a pas vu ça depuis la guerre." Evidemment, sa première cible est le gouvernement. "Si je suis élue, je vais pourrir la vie du gouvernement. Chaque jour de chaque semaine, ils vont entendre parler de moi et des habitants de Nord-Pas-de-Calais-Picardie" promet-elle. "La première chose que je ferai c'est porter plainte contre l'Etat" sur le dossier Calais.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, l'élection régionale "n'est pas un tremplin" pour la présidentielle. "Je serai candidate à la présidentielle quoi qu'il arrive.  Les électeurs qui votent pour moi à la région voteront pour moi à la présidentielle."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !