Macron a choisi la région de Xavier Bertrand pour présenter aujourd'hui les conclusions du Beauvau de la sécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Policier
Policier
©BERTRAND LANGLOIS / AFP

Présidentielle

Macron a choisi la région de Xavier Bertrand pour présenter aujourd'hui les conclusions du Beauvau de la sécurité

Mais pour l'Elysée ce déplacement n'aurait rien de politique

L’Élysée le jure la main sur le cœur : « Ce déplacement du président de la République n’a rien de politique. D’ailleurs, jusqu’à preuve du contraire, il n’est à ce jour pas candidat. » Et pourtant, c’est bien l’ombre de la présidentielle qui va planer ce mardi au-dessus de l’école nationale de police de Roubaix (Nord), où Emmanuel Macron doit présenter à la mi-journée les conclusions du Beauvau de la sécurité souligne Le Parisien.

 Il y a dix écoles de police en France et, comme par hasard, c’est dans la région présidée par Xavier qu’il vient. Franchement, c’est un gag », ironise un des lieutenants, de Xavier Bertrand.  Même son de cloche côté RN, où le député du Nord Sébastien Chenu qualifie cette venue présidentielle de « déplacement de campagne ».

Bertrand et Macron se marquent à la culotte puisque dès le lendemain, mercredi, Xavier Bertrand présentera à Saint-Quentin (Aisne) son programme sur… la sécurité. « Bertrand, c’est notre adversaire le plus sérieux à droite. Alors on ne le lâche pas », concède un député qui a ses entrées à l’Élysée.

Parmi les annonces attendues, l’extension de la vidéoprotection en partenariat avec les communes, la présence accrue de policiers sur le terrain, plus de transparence dans le travail de l’IGPN (la police des polices) et la création d’un « outil de contrôle indépendant, externe à l’administration » qui pourrait être d’initiative parlementaire ajoute Le Parisien.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !