Liban : le Hezbollah menace le juge en charge de l'affaire de l'explosion au port de Beyrouth | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une vue du port de Beyrouth après l'explosion survenue en 2020.
Une vue du port de Beyrouth après l'explosion survenue en 2020.
©STR / AFP

Enquête en cours

Liban : le Hezbollah menace le juge en charge de l'affaire de l'explosion au port de Beyrouth

Le responsable de la sécurité du Hezbollah, Wafiq Safa, aurait menacé cette semaine Tarek Bitar, le juge chargé de l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth, selon des informations de CNN.

Nouveau rebondissement dans le dossier de l'explosion du port de Beyrouth. Wafiq Safa, le responsable de la sécurité du Hezbollah, aurait menacé cette semaine Tarek Bitar, le juge chargé de l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth, selon des informations de CNN. 
Wafiq Safa aurait affirmé que le magistrat serait limogé de force s’il continuait à susciter la colère du mouvement Hezbollah.
"On en a assez de vous. On ira jusqu'au bout de la voie légale, et si ça ne marche pas, on vous éloignera de force", aurait déclaré Wafiq Safa à Tarek Bitar, selon Edmond Sassine, journaliste à la LBCI libanaise et d'après des informations de CNN et de i24News. 
LBCI et le journal libanais Annahar ont tous deux rapporté mercredi sur la base de sources judiciaires que le juge avait confirmé avoir été menacé par le Hezbollah.
Le ministre libanais de l'Intérieur, Bassam Mawlawi, a pour sa part démenti au journal libanais Al-Akhbar être au courant de la menace formulée à l'encontre de Tarek Bitar, affirmant que "les forces de sécurité faisaient leur devoir tout comme le juge".
Le groupe terroriste chiite a été accusé d'être responsable du stockage inapproprié du nitrate d'ammonium qui a provoqué l'explosion.
La semaine dernière, le juge Bitar a émis un mandat d'arrêt contre l'ancien ministre des Travaux publics Youssef Finianos, un allié du Hezbollah sanctionné par les Etats-Unis. Le magistrat a également demandé à interroger l'ancien Premier ministre Hassan Diab, et d'autres hauts responsables gouvernementaux.
Plus d'un an après l’explosion dans le port de Beyrouth, l'enquête est toujours en cours.
Le Hezbollah a toujours nié avoir une quelconque responsabilité dans le stockage du nitrate d'ammonium dans le port. 
CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !