Les policiers demandent la généralisation de l'anonymisation des procès-verbaux<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Police
Police
©PATRICK KOVARIK / POOL / AFP

Sécurité

Les syndicats de police veulent la modification de la loi de février 2017

La loi de février 2017 adoptée après l’assassinat par un terroriste islamiste de Jean-Baptiste Salvaing, un commissaire de police de 42 ans, et de sa compagne, Jessica Schneider, adjointe administrative dans un commissariat, à Magnanville (Yvelines), doit être généralisée demandent les policiers explique Le Monde.

Actuellement, le recours à l’anonymat doit être autorisé et motivé par l’autorité hiérarchique et le parquet local doit être avisé de cette décision. Le crime ou le délit visé par la procédure doit être puni d’une peine supérieure à trois années d’emprisonnement.

Ceci alors que les noms et prénoms d’une quinzaine de policiers de la brigade anticriminalité (BAC) ont été inscrits sur des murs de Vigneux-sur-Seine (Essonne), mi-octobre : de telles menaces n’ont rien de nouveau, mais elles tendent à se multiplier et inquiètent de plus en plus les fonctionnaires de police. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !