Les petits secrets gênants que le fils de Joe Biden n'a pas révélé dans son livre de mémoires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Hunter Biden
Hunter Biden
©Extrait couverture livre d'Hunter Biden

Autobiographie

Les petits secrets gênants que le fils de Joe Biden n'a pas révélé dans son livre de mémoires

De nouveaux détails sur la vie mouvementée d'Hunter Biden

Dans "Beautiful Things" l'autobiographie de Hunter Biden, le fils de l'actuel président en exercice, a promis l'histoire sans fard de ses luttes contre la drogue, de ses problèmes familiaux et de sa vie amoureuse controversée. Mais le Daily Mail révèle qu'il n'a pas tout dit.

Le quotidien a eu accès au contenu de l'ordinateur portable MacBook Pro, que Hunter a laissé  dans un atelier de réparation d'ordinateurs de Wilmington,dans l'Etat du Delaware en avril 2019 et n'est jamais revenu le chercher.

On y aurait trouvé  103.000 messages texte, 154.000 e-mails, avec plus de 2.000 photos et des dizaines de vidéos compromettantes. On y apprend comment, à plusieurs reprises esquivé les actions de la police contre lui, malgré le fait qu'il ait constamment affaire à des trafiquants de drogue et des prostituées et qu'il ait eu plusieurs démêlés avec la police.

De plus, Hunter aurait été gardé par un agent des services secrets alors qu'il se livrait à une frénésie de drogue et de prostituées en 2018 à Hollywood, bien qu'il n'ait pas eu droit à une protection à l'époque.

Les courriels trouvés l'ordinateur ont déclenché un scandale avant l'élection présidentielle de 2020 en octobre, mais ont été rejetés comme une opération de désinformation russe par les Bidens et d'autres hauts responsables démocrates. Mais le Daily Mail a fait examiner l'ordinateur par des experts qui ont déclarés que les données qui y sont enregistrées "semblent authentiques" et ils déclarent qu'ls n'ont pas trouvé trace d'un piratage.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !